Au CHU, un robot arpente les couloirs

« Betty » roule pour les endoscopes ! Depuis quelques semaines, un curieux engin circule dans les services de l’hôtel-Dieu. Baptisé «Betty», c’est un robot futé qui transporte les endoscopes entre leur centre de traitement et leurs utilisateurs.

« Betty » roule pour les endoscopes ! Depuis quelques semaines, un curieux engin circule dans les services de l’hôtel-Dieu. Baptisé «Betty», c’est un robot futé qui transporte les endoscopes entre leur centre de traitement et leurs utilisateurs.
Après une phase d’essai commencée en octobre 2013, c’est désormais un robot qui transporte les endoscopes vers la réanimation médicale et le 2e étage de l’hôtel-Dieu. À l’aller, « Betty » fournit aux services des endoscopes stériles, au retour elle rapporte les appareils utilisés qui seront stérilisés au 5e étage, dans le centre de traitement des endoscopes (Cetres).
Le robot se déplace tout seul dans les couloirs des services qu’il a déjà reconnus. Sa programmation est simple : l’expéditeur sélectionne parmi les points de livraisons répertoriés celui qui l’intéresse, il remplit l’armoire sécurisée puis envoie le robot vers sa destination. L’itinéraire de ce dernier est suivi par le Cetres via un plan de localisation qui peut être installé dans n’importe quel ordinateur du CHU. Trois ascenseurs permettent au robot de changer de niveau : il lui suffit de s’approcher de la porte pour prendre la main sur l’ascenseur entre ses étages de départ et d’arrivée.
La machine s’arrête et se détourne si elle rencontre un obstacle. Elle peut aussi être immobilisée à l’aide d’un bouton « arrêt d’urgence » si elle gêne le passage. On peut alors la déplacer manuellement, comme un chariot, pour qu’elle retrouve sa trajectoire et reprenne automatiquement sa route après quelques secondes d’analyse.
Un jumeau de Betty arrivera au le bloc opératoire et à la réanimation chirurgicale du PTMC au 2e trimestre 2014.

« Betty » complète le projet engagé avec l’ouverture en mars 2013 du centre de traitement des endoscopes souples thermosensibles, qui gère tous les endoscopes utilisés en hépato-gastro-entérologie, urologie, ORL et anesthésie-réanimation – en consultation ou au bloc opératoire. Le centre répond à plusieurs objectifs : professionnalisation des compétences, équipement de pointe, suivi technique optimisé, suivi microbiologique facilité, traçabilité améliorée, veille technologique permanente et suivi renforcé du parc des endoscopes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.