Au plus près du coeur des fougerais

Offrir aux fougerais un parcours de soins plus fluide et des consultations spécialisées en cardiologie, tel est l'enjeu de la nouvelle coopération nouée entre le Centre Hospitalier de Fougères et le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes

Offrir aux fougerais un parcours de soins plus fluide et des consultations spécialisées en cardiologie, tel est l’enjeu de la nouvelle coopération nouée entre le Centre Hospitalier de Fougères et le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes
Palpitations, malaises… certaines indications thérapeutiques nécessitent parfois d’avoir recours à des cardiologues spécialisés. Mais tout se complique quand 50 kilomètres séparent le patient du praticien. Pour éviter les déplacements des fougerais souffrant de problèmes cardiaques, les cardiologues du centre hospitalier de Fougères et le service de cardiologie et maladies vasculaires du CHU de Rennes leur proposent un parcours de soins coordonné et gradué et des nouvelles des consultations de sur-spécialités en rythmologie, échographie et cardiopédiatrie
Une convention cadre : coordonner et graduer le parcours de soins du patient de cardiologie
Quel que soit le point d’entrée du patient, les établissements partenaires s’engagent à tout mettre en œuvre pour lui assurer le bon niveau de soins, l’orientation adaptée et le parcours optimisé. Il s’agit de privilégier une logique de proximité et quand cela s’avère nécessaire d’organiser es transferts ou les relais en fonction des pathologies et de la criticité des cas. Quant aux médecins cardiologues du centre hospitalier de Fougères, ils pourront continuer à se former et/ou se perfectionner à certains gestes techniques au contact des équipes de cardiologie du CHU de Rennes. Sur le plan de la formation, toute action commune sera encouragée par les établissements. En matière de recherche, des études clinique portant sur les médicaments, ou le matériel biomédical sont également envisagées à teme. Enfin, pour renforcer leur attractivité vis-à-vis des professionnels de santé, les établissements s’engagent à proposer des parcours attractifs aux jeunes médecins en développant des temps médicaux partagés et en favorisant toute action allant dans le sens de l’harmonisation des pratiques professionnelles.
L’accès à des consultations de recours en rythmologie et échographies de stress pour les patients du Pays de Fougères
Très concrètement, dès le mois de janvier 2014, la convention de cardiologie offre au centre hospitalier de Fougères l’opportunité de mettre en place des activités dites de sur-spécialité assurées par des praticiens experts dans leur domaine.
Le Professeur Mabo, le Professeur Leclercq et le Docteur Pavin assureront ainsi des consultations de recours en rythmologie deux demi-journées par mois. Le Professeur Donal et le Docteur Thebaut proposeront des consultations d’échographies de stress une fois par mois. Le Docteur Basquin effectuera une consultation de cardiopédiatrie une fois par mois également.
Les cardiologues hospitaliers ou libéraux du Pays de Fougères pourront leur adresser les patients qui présentent une complexité particulière.
Le développement des partenariats médicaux avec le CHU
Cette nouvelle coopération prend racine sur un terreau déjà riche de partenariats : consultations en urologie, chirurgie vasculaire, néphrologie données par des spécialistes du CHU qui se rendent à Fougères, postes médicaux partagés, occupés par de jeunes médecins qui exercent sur les deux sites ce qui améliore les liens entre les équipes et facilite le suivi des patients. Ainsi, depuis novembre 2013, l’équipe de pédiatrie fougeraise a été renforcée avec un nouvel assistant spécialiste pédiatre en exercice partagé avec le CHU de Rennes, le Docteurr Amandine Pesty ; de même, un assistant partagé en gastroentérologie, le Docteur David Cuen, contribue désormais à l’activité de gastroentérologie.

Des filières se construisent  pour adapter la prise en charge à la complexité des situations (gradation des soins). Ainsi les AVC, la périnatalité (prise en charge des parturientes, des nouveau-nés et des enfants du territoire de santé), la réanimation et les urgences font l’objet d’accords formalisés.
D’autres projets sont en cours dans l’ensemble des disciplines afin de répondre à la double exigence d’une prise en charge spécialisée de proximité avec la sécurité d’une filière de recours vers le CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.