Au service 2 : la solidarité intergénérationnelle nouvelle forme de mécénat d’entreprise

126 collaborateurs volontaires d’une grande entreprise du médicament ont assuré 22 missions à Paris et en Ile-de-France « au service des autres » durant une même journée, le 7 juillet 2015. Partant d’un concept simple « apporter un peu de distraction et de bonheur autour de soi », les professionnels ont accepté de sortir de leurs fonctions habituelles et de se mettre « au service 2… » sur leur temps de travail. Goutte d’eau dans l’océan des besoins...

126 collaborateurs volontaires d’une grande entreprise du médicament ont assuré 22 missions à Paris et en Ile-de-France « au service des autres » durant une même journée, le 7 juillet 2015. Partant d’un concept simple «apporter un peu de distraction et de bonheur autour de soi», les  professionnels ont accepté de sortir de leurs fonctions habituelles et de se mettre « au service 2… » sur leur temps de travail.

Goutte d’eau dans l’océan des besoins des personnes isolées ou souffrantes, cette action collective a apporté un joyeux moment de distraction aux personnes dites « empêchées ». Côté collaborateurs, ces initiatives ont contribué à donner du sens et à favoriser un engagement altruiste au sein de la société. 3 missions ont été conduites au sein d’établissements de santé par des équipes composées de 4 collaborateurs volontaires. Une action de bénévolat originale et facile à reproduire que RESEAU CHU a voulu mettre à l’honneur…
Mission 1 : Ehpad Résidence Jean Rostand à Sèvres pour personnes âgées et dépendantes – Animer un atelier cuisine (quatre-quarts aux pommes) avec les résidents pour préparer le goûter ainsi qu’un karaoké avec tous ceux qui le souhaitaient. Une rose offerte à chaque résident comme symbole de cette visite a été très appréciée et les gâteaux, excellents semble t-il, ont suffi à éclairer cette journée d’un petit rayon de soleil.
Mission 2 : Ehpad Résidence Lelégard à Saint-Cloud pour personnes âgées et dépendantes – Organiser des parties de jeux de société avec les résidents dont un loto des animaux et partager le goûter avec eux. Là encore, la rose a fait son petit effet et dessiné les sourires des résidents qui ont réservé un accueil chaleureux à l’équipe venue leur rendre visite.
Mission 3 : Hôpital Saint Maurice (94) – Inviter les enfants malades ou lourdement handicapés à des ateliers de peinture et de pâte à modeler. Accompagnés de plusieurs équipes de chaleureux éducateurs, les volontaires se sont rendus dans les services de pédiatrie pour convier les enfants à cette récréation surprise.
 
Déroulé des interventions
13h30-14h00 Les volontaires, accueillis par les éducateurs sont briefés au fonctionnement et contraintes du service et des soins. Les présentations sont faites, les explications et conseils pratiques échangés. Les équipes découvrent les qualités humaines, l’énergie et le savoir-faire des animateurs et éducateurs. Grâce à leur aide, les collaborateurs apprennent à dépasser leur crainte de ne pas être à la hauteur de la mission. Cette mise en confiance a donné envie à chacun de faire de son mieux pour que cette rencontre devienne un très beau moment de partage avec les personnes âgées comme les enfants.
14h00 – 17h30,  les équipes ont assuré l’animation des ateliers. Elles ont fait participer le plus et le mieux possible tous les résidents et les enfants présents en vivant à leur rythme. Ces temps de jeux, de peinture et de goûters ont été pleinement vécus de part et d’autre.
Au-delà des activités, c’est la qualité des contacts et des relations qui furent la vraie richesse de ces moments privilégiés. Les résidents et les enfants, ont aimé la visite de ces « nouvelles têtes » : un temps de rencontre d’exception autour d’une activité partagée avec des personnes amies venues exprès s’occuper d’eux. Pour les 12 collaborateurs, ce fut un moment d’enrichissement personnel, celui qui permet de relativiser ses problèmes, de mettre en perspective certaines priorités de la vie professionnelle et de nouer des liens sociaux dans un contexte très différent du monde du travail. Les  collaborateurs ont découvert le dévouement, le dynamisme et la grande compétence des animateurs et éducateurs hospitaliers et peuvent en témoigner.
« Il est peut-être plus engageant mais aussi plus enrichissant de donner de son temps de travail plutôt que de faire un don », témoigne le Docteur Cécile Rey-Coquais, Directeur Médical de Pfizer France. « Notre entreprise a pris l’initiative de cette démarche à la croisée de la solidarité intergénérationnelle et du mécénat d’entreprise ».
Un très grand merci à tous ceux qui dans ces 3 établissements ont bien voulu accueillir ces bénévoles d’un jour et en particulier : Nicolas, Émylie, Léa, Laure et Anthony.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Première greffe française de larynx : récit d’une performance lyonnaise

Pour la première fois en France, un larynx a été greffé sur une femme les 2 et 3 septembre dernier. Deux mois et demi après cette opération spectaculaire qui a mobilisé douze chirurgiens issus des Hospices Civils de Lyon et autres CHU français durant vingt-sept heures, le CHU lyonnais communique sur le sujet. Quant à la patiente âgée de 49 ans, elle pourrait retrouver durablement l’usage de la parole vingt ans après l’avoir perdue.

Etudes de Médecine : Romuald Blancard ou l’un des visages de l’ouverture du 2e cycle à la Réunion

Depuis septembre, il fait partie de la première promotion d’étudiants en médecine de quatrième année de La Réunion. Pour Réseau CHU, Romuald Blancard a accepté de nous parler de l’ouverture du deuxième cycle des études médicales sur son île, mais pas seulement. Son parcours atypique, son stage en psychiatrie, ses rêves jamais trop grands etc. ont été abordés dans les locaux du nouveau campus bioclimatique de Sainte-Terre. Sans langue de bois.

Le CHU de La Réunion a pris la vague rose

La seizième édition de la Run Odysséa Réunion s’est tenue les 4 et 5 novembre sur le site de l’Étang-salé, dans l’ouest de la Réunion, et ce malgré une météo capricieuse qui a bien failli compromettre l’opération. 275 000 euros ont été récoltés. Un succès auquel est associé le CHU de la Réunion, partenaire pour la première fois cette année, et dont le baptême de l’eau a été placé sous le signe de la prévention. Reportage.

A Nancy, l’Infiny au service des MICI

En juin 2021, l’Agence nationale de la recherche annonçait le financement de douze nouveaux Instituts hospitalo-universitaires, montant ainsi le nombre d’IHU à dix-neuf avec l’ambition de faire de la France la première nation souveraine en matière de santé à l’échelle européenne. Sur ces douze nouveaux établissements, deux d’entre eux ont obtenu, en raison de “intérêt de santé publique majeur” qu’ils présentaient, le label “IHU émergent ».” C’est notamment le cas de l’IHU INFINY du CHRU de Nancy, officiellement lancé le 7 septembre dernier, et spécialisé dans la prise en charge des MICI.