Autogreffe de tissu ovarien : 1ère grossesse en Alsace d’une patiente guérie d’un cancer

La belle histoire de Madame B. est symbolisée par un faire part de grossesse spontanée. Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg sont heureux et fiers d’annoncer la maternité de leur 1ère patiente traitée par chimiothérapie et en rémission totale. Une grande nouvelle et, en ce mois d’octobre rose, un espoir pour toutes les patientes aux prises avec le cancer. Explications…

La belle histoire de Madame B. est symbolisée par un faire part de grossesse spontanée. Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg sont heureux et fiers d’annoncer la maternité de leur 1ère patiente traitée par chimiothérapie et en rémission totale. Une grande nouvelle et, en ce mois d’octobre rose, un espoir pour toutes les patientes aux prises avec le cancer. Explications…
Souffrant d’un lymphome T en 2013 impliquant une chimiothérapie stérilisante, la jeune femme de 28 ans a bénéficié avant son traitement d’une préservation de tissu ovarien, une des différentes techniques de préservation de fertilité possibles proposées par le centre d’Assistance Médicale à la Procréation du CHU de Strasbourg. Son tissu ovarien sera cryoconservé. Cette opération consiste à conditionner en petits fragments le cortex ovarien pour le conserver à des températures de froid extrêmes dans de l’azote liquide. La congélation a été réalisée par le Dr Teletin, responsable du CECOS d’Alsace (Centre d’Etude et de Conservation des OEufs et du Sperme – CMCO de Schiltigheim). En 2014, la patiente recevra une greffe de moelle osseuse qui conduira à une rémission totale de son lymphome.
A la suite de son traitement lourd, un bilan a confirmé son infertilité et Mme B. a pu envisager une greffe de son tissu ovarien. Cette greffe a pour but de restaurer sa fertilité en lui permettant à nouveau de produire des ovocytes pouvant donner lieu à une grossesse spontanée. Dans le cas de Mme B., l’autogreffe a été réalisée le 15 mai 2017 à partir de ses tissus ovariens conservés depuis 2013. Des fragments de tissus conservés ont été assemblés en un chapelet puis fixés sur l’ovaire alors que d’autres ont été déposés sur la fossette ovarienne. Un an plus tard, la patiente a retrouvé ses fonctionnalités ovariennes et annonce être tombée enceinte spontanément. Cet acte chirurgical a été réalisé par le Dr Garbin et le Dr Pirrello. Il s’agissait de la deuxième greffe de ce type réalisée aux HUS et s’inscrivait dans le cadre d’un protocole de recherche national multicentrique (DATOR), dont le centre coordinateur est le CHU de Besançon. La grossesse de Mme B. est la 29ème constatée dans le cadre de ce protocole national de recherche.
La préservation de la fertilité est une prise en charge proposée aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg à tout patient sujet à une prise en charge médicale ou chirurgicale lourde pouvant impacter sa fertilité ultérieure (chimiothérapie, médicaments cytotoxiques, chirurgie extensive…). L’opération de cryoconservation est entièrement prise en charge par la sécurité sociale,
Désormais depuis juin 2018, il est possible en France de réaliser des greffes de tissu ovarien hors protocole de recherche. Dans le monde, environ 100 enfants ont pu voir le jour grâce à cette technique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.