Ados : autour du cheval

Une partie des soins psychiques en pédopsychiatrie s’organise autour des médiations thérapeutiques. Par ces activités sportives, culturelles, ludiques et corporelles une relation avec l’adolescent est amorcée qui l'amène à exprimer ses émotions et ses ressentis. Expérience bisontine autour du cheval...

Une partie des soins psychiques en pédopsychiatrie s’organise autour des médiations thérapeutiques. Par ces activités sportives, culturelles, ludiques et corporelles une relation avec l’adolescent est amorcée qui l’amène à exprimer ses émotions et ses ressentis. Expérience bisontine autour du cheval…
Depuis septembre 2012, un groupe d’adolescents hospitalisés ou suivis au sein du service de psychiatrie du CHRU se rend tous les 15 jours au  Haras National  de Besançon dans le cadre d’un atelier thérapeutique : pendant quelques heures, les adolescents découvrent, partagent et travaillent autour du cheval.
Ce projet s’adresse aux adolescents qui souffrent de trouble de l’attachement et/ou de trouble du comportement ou encore de phobie scolaire.
Il porte bien sûr sur la relation entre le patient et le cheval, mais l’équipe soignante a tenu à l’élargir à tout ce qui entoure le cheval : son environnement, les soins qui lui sont dispensés, les métiers qui s’y rattachent… Le Haras National de Besançon, habitué à accueillir aussi des publics en difficulté, s’est donc très vite imposé comme le partenaire idéal.
Situé dans un grand parc arboré, il est constitué de magnifiques bâtiments en pierre de taille, compte 55 boxes, un manège, un paddock, deux selleries, une école…
Les activités sont pratiquées par groupe de 3 patients accompagnés par 2 ou 3 soignants, selon les besoins et par un ou plusieurs intervenants du Haras. Chaque séance est différente, elle s’adapte aux capacités des adolescents avec la volonté de les rassurer et de les valoriser à travers la découverte d’activités variées : les jeunes patients apprennent à panser et toiletter les chevaux, ils sont initiés à la conduite d’attelage, à la voltige, au guidage en saut d’obstacle, au débourrage des poneys… Ils découvrent le travaildu maréchal ferrant, du bourrelier… Chaque séance se termine par la tenue du journal de bord qui est ensuite remis à l’adolescent. Chacun peut y exprimer ses envies, les émotions …
Au terme de la première année de fonctionnement, le partenariat avec le Haras  s’est révélé bénéfique sur plusieurs niveaux :
Les adolescents ont montré leurs capacités à s’intégrer avec les soignants, dans un espace public, hors les murs du CHRU. Ils ont partagé des moments de complicité avec l’animal, et se sont sentis valorisés. Ils ont pu faire connaissance avec des professionnels et découvrir plusieurs activités. Enfin, ils ont exprimé leurs ressentis lors de l’élaboration du journal de bord,
De leur côté, les professionnels du haras ont accueilli des adolescents (et non plus des patients), avec bienveillance et partagé leur savoir avec passion.
Quant aux intervenants du CHRU, ils ont exploré avec les adolescents un lieu extérieur au CHRU, où la rencontre avec l’autre s’opère à travers des médiations variées (animal, métier, ressenti) dans une proximité qui ailleurs pourrait les déstabiliser. La maladie de l’adolescent n’était plus au centre de leur attention et les échanges ont pu se développer sur une relation qui ne relevait plus du cadre limité soignant/soigné, laissant le champ libre à d’autres complicités.
Cet atelier thérapeutique « Autour du cheval » a fait l’objet d’un appel d’offres et a reçu le soutien de la fondation « Adrienne et Pierre Sommer »ainsi que celui de la Fondation « Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France » dans le cadre de l’opération « Pièces jaunes 2013 ». Au vu des résultats obtenus, il se poursuivra au moins jusqu’en 2015…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.