Aux HCL, prédire et gérer les toxicités des immunothérapies

L’Institut de Cancérologie des Hospices Civiles de Lyon a développé un dispositif unique en France de gestion des toxicités des immunothérapies anti-cancéreuses. L’immunothérapie, qui ne cible plus directement les cellules tumorales mais les cellules immunitaires qui les entourent afin de stimuler les défenses naturelles de l’organisme pour lui apprendre à détruire lui-même le cancer et ses éventuelles métastases, est en passe de révolutionner le traitement de nombreux cancers.
L’Institut de Cancérologie des Hospices Civiles de Lyon a développé un dispositif unique en France de gestion des toxicités des immunothérapies anti-cancéreuses. L’immunothérapie, qui ne cible plus directement les cellules tumorales mais les cellules immunitaires qui les entourent afin de stimuler les défenses naturelles de l’organisme pour lui apprendre à détruire lui-même le cancer et ses éventuelles métastases, est en passe de révolutionner la prise en charge de nombreux cancers.
Des progrès spectaculaires ont été observés au cours des années récentes et dans des situations multiples incluant le mélanome, le cancer du poumon ou encore le cancer de la vessie. Une fois activé, le système immunitaire peut s’avérer très efficace pour lutter contre le cancer mais peut aussi être à l’origine de réactions graves dirigées contre de multiples organes du patient. 
Des signes cliniques pouvant sembler peu alarmants (fatigue, toux, diarrhée, essoufflement…) doivent faire l’objet d’une attention particulière. Pour repérer et traiter précocement les effets indésirables liés aux traitements et accompagner au mieux les patients et les médecins traitants, l’Institut de Cancérologie des HCL a développé ImmuCare, un dispositif de gestion des toxicités liées aux immunothérapies dans le traitement du cancer.

ImmuCare repose sur 

Une plateforme de demandes d’avis médicaux en ligne, pour les professionnels de santé de ville, disponible depuis le portail sécurisé des HCL, myhclpro.sante-ra.fr, avec l’assurance d’une réponse dans les 48h ouvrées et la mise à disposition de coordonnées de personnes ressources par spécialité.
Un numéro de téléphone dédié aux professionnels de santé, permettant de gérer les cas les plus urgents et de faciliter l’hospitalisation lorsqu’elle est nécessaire.
Une télésurveillance des patients à domicile, par le biais de questionnaires établis par les médecins des HCL et envoyés chaque semaine aux patients. 
Des comités médicaux ImmuCare ont été établis pour chaque spécialité (dermatologie, endocrinologie, pneumologie, néphrologie, allergologie,  pharmacie, radiologie, radiothérapie…) et des réunions de concertations pluridisciplinaires (RCP) de recours sont mises en place pour chaque patient afin de traiter toutes les questions en lien avec son traitement (reprise thérapeutique après toxicité ? contre-indications relatives ou absolues à un traitement par immunothérapie ?…). Un lien fort est également établi avec le service de pharmacovigilance des HCL, afin de garantir aux patients la meilleure prise en charge, dans les meilleurs délais.

Objectifs ambitieux. Le projet ImmuCare évolue constamment, avec pour ambition…

1 – d’augmenter les connaissances sur les toxicités induites par l’immunothérapie pour pouvoir individualiser les traitements et améliorer la gestion des effets secondaires s’ils surviennent ;
2- de structurer les programmes de recherche permettant d’étudier les mécanismes de survenue d’effets secondaires liés aux immunothérapies et ainsi de les anticiper;
3 – de mettre à disposition des patients et de leurs médecins traitants des outils pour repérer et traiter précocement les toxicités induites par les traitements, qui peuvent impacter leur qualité de vie.
Ce projet à fort impact pour les patients a été retenu par la Fondation HCL comme projet prioritaire. A ce titre, elle collecte des dons pour ImmuCare : elle mobilise les particuliers et les acteurs économiques pour contribuer au financement de ce projet. Elle a déjà collecté une première tranche de 85 000€. 

Des déploiements très concrets

– Un observatoire des patients adossé à une collection de prélèvements biologiques permettant de réaliser une étude détaillée des mécanismes expliquant la survenue des effets secondaires observés sous immunothérapie anti-cancéreuse;
– Le développement de programmes de recherche afin de mieux cibler les patients pour lesquels le rapport bénéfice/risque d’un traitement par immunothérapie sera favorable ; il s’agira de comprendre comment un patient donné, de manière individuelle, va pouvoir bénéficier au mieux d’une immunothérapie en présentant le moins possible de toxicités liées à ces traitements. 
– Le développement d’une application mobile (pour téléphones et tablettes) à destination des patients, permettant d’optimiser le suivi au domicile. Les patients répondront chaque semaine à un questionnaire sur leur état de santé et les éventuels symptômes. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.