Aux Hospices Civils de Lyon être sur-diplômée ne suffit pas !

Dans le désir d\'apporter une bonne adéquation entre mes activités et mon salaire, j\'ai acquis de nombreux diplômes durant ma carrière :rnrn- DE Infirmièrern- DE Infirmière de Bloc Opératoirern- Licence 3 professionnelle DIST (UCLB Lyon 1)rn- Master 1 Management des opérations (IAE Lyon 3)rn- Master 2 Management des pôles hospitaliers (IFROSS Lyon 3)rnrnMalheureusement pour moi, les diplômes universitaires ne suffisent pas ! rnrnDe nombreuses personnes avant moi ont vécu cette situation et ont suivi la formation cadre de santé.rnrnSeulement, à quelques années de la retraite, est-il réellement pertinent de suivre ce parcours ?

Pour accéder  à un poste derncadre responsable à 8 ans de la retraite, dans ce type d’institution, selon le directeur adjoint de la DPAS, je dois "candidater" à un poste de "faisant fonction cadre" pendant un ou deux ans avant de passer le concours cadre de santé et suivre la formation du même nom.

rnrn

Selon le directeur général des soins, il n’est pas nécessaire pourrnmoi de suivre un tel parcours, au vu de mon dossier et de mes projetsrnprofessionnels.

rnrn

A priori, la décision prise par ces différentes « directions »rn à mon égard n’est pas claire  et ne facilite pas mon positionnement quant aurnchoix du parcours le plus approprié.

rnrn

Qui plus est, au-delà des considérations propres à la valorisation statutaire ou salariale, j’airntoujours actuellement une activité et un statut d’IBODE opérationnelle.

S\’agissant de mon souhait de positionnement sur une activité transversalerndans le domaine des projets institutionnels ou celui de la coordination desrnservices à la personne, malgré mes nombreux investissements je ne peux doncrntoujours pas trouver le moyen de rebondir ou de m’épanouir au sein de ma carrière.

rnrn
Ma question est donc la suivante :
rnrn

Très justement, l’État, par ses investissementsrnfinanciers, alimentés par le 1% des salariés, nous permet d’accéder à desrnformations adaptées aux besoins du marché grâce à desrn« passerelles ». Malheureusement, face à tous ces progrès, certainsrnemployeurs de la FPH ne sont toujours pas prêts à suivre lernmouvement !                        rn

rnrn

Alors, pour enfin faire des économies et « séduire » lesrnprofessionnels de santé motivés,rnqu’attendez-vous pour créer des passerelles entre les Diplômes Universitairesrnet ceux de l’État ?!

rnrn
Patricia Massé-Nesztler
rnrn
PS : Informations complémentaires enrnPJ.
rnrn
rnrn

rnrn

rnrn

 

rnrn

rnrn

rnrn

rnrn

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.