AVC : 1re étude nationale comparative

Le CHU de Nancy est promoteur de l'étude nationale THRACE à laquelle participent 31 centres français et 480 patients (240 dans chaque groupe de randomisation) avec un AVC sévère datant de moins de 3 heures. Contrôlée, multicentrique, randomisée avec évaluation médico-économique, l'étude est financée par le programme de Soutien aux Techniques Innovantes Coûteuses (PSTIC) 2009 du ministère de la Santé.

Le CHU de Nancy est promoteur de l’étude nationale THRACE à laquelle participent 31 centres français et 480 patients (240 dans chaque groupe de randomisation) avec un AVC sévère datant de moins de 3 heures. Contrôlée, multicentrique, randomisée avec évaluation médico-économique, l’étude est financée par le programme de Soutien aux Techniques Innovantes Coûteuses (PSTIC)2009 du ministère de la Santé.

L’étude THRACE vise à déterminer si une approche combinée des techniques médicamenteuse et mécanique sur des patients victimes d’un AVC modéré à sévère est plus efficace qu’une approche standard.

Il existe 2 voies possibles pour le traitement de l’AVC
– approche médicamenteuse, thérapeutique standard : la thrombolyse Intra-Veineuse (IV). Son efficacité a été montrée dans les 3 heures suivant le début des signes de l’AVC. Elle est d’autant plus efficace que débutée tôt.
– approche mécanique ou thrombectomie intracrânienne : elle consiste à retirer mécaniquement le caillot qui obstrue l’artère pour la reperméabiliser et rétablir le flux sanguin dans le territoire cérébral concerné. Effectuée sous contrôle de l’imagerie et possible sans anesthésie générale. Avantage théorique sur l’approche chimique : absence d’injection de thrombolytique, réduisant ainsi le risque pour le patient de complications hémorragiques. Traitement proposé pour les contre-indications de la thrombolyse : chirurgie récente, saignement récent…

Investigateur principal Pr Serge Bracard, chef du service de Neuroradiologie, CHU de Nancy
Co-investigateur principal Pr Xavier Ducrocq, neurologue, CHU de Nancy
Coordination et gestion de l’étude, de sa mise en place jusqu’à la publication des résultats : CIC-EC Inserm CIE6 de Nancy, sous la direction du Pr Francis Guillemin
– Organisation technique de l’analyse des données imagerie de l’étude : CIC-IT CIT801 de Nancy sous la coordination de Cédric Pasquier

L’accident vasculaire cérébral est un problème majeur de santé publique : en France c’est la 3e cause de décès, la 1re cause de handicap acquis de l’adulte et la 2e cause de démence après la maladie d’Alzheimer.

Contact
Kossar HOSSEINI, chargée de projet CIC EC
03 83 85 93 02

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.