AVC hémorragique sous aspirine : la transfusion de plaquette serait nuisible selon une étude clinique

« La transfusion de plaquettes semble nuisible, et n'est certainement pas bénéfique aux personnes qui prennent de l'aspirine et ont un AVC causé par des saignements dans le cerveau appelé aussi (hémorragie intracérébrale-HIC), la forme la plus mortelle des AVC. Ces résultats devraient modifier les directives et recommandations cliniques » annonce le Professeur Rustam Al-Shahi Salman (Université d'Édimbourg), co-directeur de l’étude PATCH avec le Professeur Charlotte Cordonnier (PU-PH au CHU de Lille, à l'Université de Lille et au sein de l'Unité Inserm 1171). 500 000 patients sont concernés dans le monde. Ces travaux viennent d’être publiés dans le Lancet.
« La transfusion de plaquettes semble nuisible, et n’est certainement pas bénéfique aux personnes qui prennent de l’aspirine et ont un AVC causé par des saignements dans le cerveau appelé aussi hémorragie intracérébrale (HIC), la forme la plus mortelle des AVC. Ces résultats devraient modifier les directives et recommandations cliniques » annonce le Professeur Rustam Al-Shahi Salman (Université d’Édimbourg), co-directeur de l’étude PATCH avec le Professeur Charlotte Cordonnier (PU-PH au CHU de Lille, à l’Université de Lille et au sein de l’Unité Inserm 1171). 500 000 patients sont concernés dans le monde. Ces travaux viennent d’être publiés dans le Lancet.
Lors d’un AVC hémorragique, la transfusion de plaquettes est un traitement jusqu’à lors utilisé par un certain nombre de médecins dans l’espoir d’une meilleure récupération de l’état de santé du patient. En effet, il était imaginé que les plaquettes – fragments de cellules sanguines jouant un rôle essentiel dans la coagulation du sang – pouvaient bloquer les vaisseaux sanguins rompus et ainsi prévenir l’aggravation du saignement dans le cerveau chez les patients qui utilisent par ailleurs, des anti-agrégants plaquettaires (aspirine). 
Or une équipe de chercheurs de France (Lille), des Pays-Bas, et du Royaume-Uni interroge ce protocole traditionnel. En effet, elle a constaté que la transfusion de plaquettes réduisait la chance de récupération chez les patients ayant subi une hémorragie intracérébrale tout en prenant de l’aspirine. 
Le Professeur Charlotte Cordonnier ajoute « Chaque année, environ deux millions d’adultes dans le monde souffrent d’AVC causé par une hémorragie intracérébrale, ce qui représente la moitié des décès survenus du fait d’un AVC. Deux personnes sur cinq meurent dans le mois, et deux autres sur cinq deviennent dépendants de leurs proches. Un quart des patients sont sous aspirine au moment où survient l’hémorragie cérébrale ». 
Les patients AVC qui ont participé à l’essai clinique ont bénéficié d’une prise en charge standard en matière d’AVC, l’étude ayant consisté à un tirage au sort (randomisation) de deux groupes : l’un des groupes de patients, recevant une transfusion de plaquettes et l’autre groupe de patients ne bénéficiant d’aucun traitement supplémentaire. Les chercheurs ont ainsi pu constater que les transfusions de plaquettes augmentent le risque de décès et d’invalidité à long terme par rapport à une prise en charge classique sans transfusion. 
A ce jour, l’équipe de recherche indique que les causes liées à ces constatations ne sont pas connues. Ils suggèrent que le traitement puisse causer des caillots sanguins pour former ou déclencher l’inflammation dans le cerveau et l’aggravation des saignements.. Les résultats de l’étude ont été présentés à l’European Stroke Organisation Conference" et sont publiés dans The Lancet. 
L’étude PATCH a été financée dans le cadre du Programme Hospitalier de Recherche Clinique National (2011), financée dans le cadre du Programme Hospitalier de Recherche Clinique National (2011).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.