AVC : la thrombectomie, technique innovante de retrait du caillot dans le cerveau

Depuis mars 2010, le service de radiologie interventionnelle de l'Hôpital neurologique du CHU de Lyon participe au premier essai clinique** national pour évaluer une technique mécanique permettant d'enlever le caillot : la thrombectomie. L'acte est moins invasif qu'une chirurgie, il est effectué sous contrôle de l'imagerie et peut être réalisé sans anesthésie générale car il n'est pas ou peu douloureux.

Depuis mars 2010, le service de radiologie interventionnelle de l’Hôpital neurologique du CHU de Lyon participe au premier essai clinique** national pour évaluer une technique mécanique permettant d’enlever le caillot : la thrombectomie. L’acte est moins invasif qu’une chirurgie, il est effectué sous contrôle de l’imagerie et peut être réalisé sans anesthésie générale car il n’est pas ou peu douloureux.

L’équipe de neuroradiologie interventionnelle animée par le Pr. Francis TURJMAN, neuroradiologue ***, introduit une sonde dans l’artère fémorale du patient. Sous contrôle de rayons X, le parcours entre l’artère fémorale et les artères du cerveau est visualisé sur des écrans par l’opérateur médical. Lorsque la sonde arrive au contact du caillot, le neuroradiologue positionne le dispositif de retrait de caillot. L’intervention dure le plus souvent moins d’une heure.

Les résultats préliminaires sur l’efficacité de la recanalisation des vaisseaux sont excellents (plus de 90 %) et pour la première fois la communauté médicale dispose d’une méthode rapide et fiable de réouverture des artères cérébrales.

Traditionnellement, les Accidents Vasculaires Cérébraux ischémiques étaient traités par thrombolyse. Cette technique médicamenteuse consiste à injecter par voie intraveineuse un médicament qui fluidifie le sang et qui permet de désagréger les caillots obstruant une artère cérébrale. Cependant ce protocole comprend un .risque hémorragique de 6 à 7 % et la méthode est moins efficace sur les artères de gros calibre.

Prévalence des AVC en Rhône-Alpes
L’accident vasculaire cérébral touche 30 000 personnes par an en Rhône-Alpes. C’est la troisième cause de mortalité et la première cause de handicap acquis.

* obstruction d’un vaisseau sanguin dans le cerveau
** étude clinique initiée par le CHU de Nancy sur 240 patients L’objectif est de démontrer l’efficacité de la thrombectomie. L’Hôpital Neurologique de Lyon est le CHU qui traite le plus grand nombre d’AVC (750/an), il prendra donc en charge l’échantillon de patients le plus important de l’étude.
*** neuroradiologue : il s’agit d’un médecin spécialisé dans les techniques thérapeutiques par l’intérieur des vaisseaux (endovasculaire) dans le système nerveux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.