AVC : proximité et expertise ne sont plus antinomiques grâce à la filière neurovasculaire

Pour traiter les 350 patients victime d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) qui se présentaient tous les ans, le Centre Hospitalier Comminges- Pyrénées de Saint-Gaudens ne disposait ni d’un neurologue à temps plein, ni d’une unité de neurologie vasculaire. Heureusement tout a changé depuis le partenariat conclu voici quelques mois avec le CHU de Toulouse. Désormais les patients du bassin du Sud de la Haute-Garonne et de la Barousse frappés par un AVC sont immédiatement intégrés dans la nouvelle filière neurovasculaire

Pour traiter les 350 patients victime d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) qui se présentaient tous les ans, le Centre Hospitalier Comminges- Pyrénées de Saint-Gaudens ne disposait ni d’un neurologue à temps plein, ni d’une unité de neurologie vasculaire. Heureusement tout a changé depuis le partenariat conclu voici quelques mois avec le CHU de Toulouse. Désormais les patients du bassin du Sud de la Haute-Garonne et de la Barousse frappés par un AVC sont immédiatement intégrés dans la nouvelle filière neurovasculaire qui réunit les praticiens du CHU et du CH. Facilitée par la télémédecine, cette coopération assure aux malades des soins spécialisés dès leur arrivée à Saint Gaudens. Elle est même à l’origine de la première thrombolyse intraveineuse guidée à distance en Midi-Pyrénées. Un acte complexe réalisé en février 2013 par  visio-conférence depuis Toulouse sur une patiente hospitalisée à l’hôpital de Saint-Gaudens pour un infarctus cérébral. L’injection de médicaments a permis de désagréger le caillot sanguin qui obstruait une artère du cerveau et de sauver la patiente en quelques heures. Un succès qui illustre l’importance de cette collaboration pour le désenclavement et l’avenir d’un territoire de plus de 100 000 habitants. 
 
La nouvelle filière neurovasculaire garantit à chacun l’accès à des soins pertinents, des urgences à la réadaptation
La filière neurovasculaire apporte une réponse experte, graduée et adaptée aux besoins des malades, à toutes les étapes de sa prise en soins : urgences avec téléconsultation  assurée par un neurologue vasculaire du CHU de Toulouse, centralisation des AVC au service de cardiologie, surveillance monitorée, la possibilité de réalisation des explorations cardio-vasculaires spécifiques après un AVC, une présence experte tous les 15 jours d’un neurologue vasculaire, mise en route de la prévention secondaire. En cas de nécessité les transferts vers le CHU sont facilités. Parallèlement une coopération se met en place avec le Centre de Rééducation Fonctionnelle de Luchon afin d’assurer la prise en charge réadaptative dans les meilleurs délais.
Le personnel est aussi gagnant :  l’équipe médicale locale bénéficie de sessions d’enseignement et  la compétence de l’équipe soignante est renforcée. 
 
Focus sur les bénéfices considérables de la télémédecine
La télémédecine s’intègre pleinement dans cette démarche de coopération. Un patient pris en charge pour un AVC au niveau du service des urgences du Centre Hospitalier Comminges-Pyrénées peut être vu sans délai en téléconsultation par un des spécialistes de neurologie vasculaire du CHU de Toulouse. Depuis les soins intensifs neurovasculaires de l’hôpital Purpan, le praticien visualise le patient admis aux urgences du Centre Hospitalier Comminges-Pyrénées, pratique l’examen clinique à distance, échange avec le médecin urgentiste qui est auprès du malade, accéde à la neuro-imagerie. Il la commente simultanément et communiquer avec la famille. Les décisions thérapeutiques concertées, prises à l’issue de cet échange entre le médecin neurologue et le médecin urgentiste, sont tracées dans un système d’information commun. Un dispositif déployé par le Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) Télésanté Midi-Pyrénées.
 
Une première en Midi-Pyrénées : une thrombolyse guidée à distance
Au mois de février 2013, la visio-consultation a abouti à la première réalisation à Saint-Gaudens d’une thrombolyse intraveineuse 1 guidée à distance depuis Toulouse. Une patiente admise à l’hôpital de Saint-Gaudens pour un infarctus cérébral dont les signes cliniques étaient survenus moins de 3 heures avant, a pu être examinée à distance par le neurologue vasculaire du CHU de Toulouse. La décision de réaliser un traitement de thrombolyse a été prise en concertation avec le médecin urgentiste de Saint-Gaudens. Ce traitement a été effectué au Centre Hospitalier Comminges-Pyrénées sous le contrôle visuel du neurologue toulousain. La patiente a ainsi été traitée localement dans les meilleurs délais avec une expertise neurologique et a ensuite été admise dans l’Unité de Neurologie Vasculaire du CHU de Toulouse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.