AVC sévère : THRACE confirme les bons résultats de la double prise en charge

Réduire l’incidence et l’impact de l'AVC en améliorant sa prise en charge. C'est la mission que s'est donnée l’organisation européenne (ESO) qui rassemble les chercheurs spécialisés dans l’étude de l'AVC. Réunis à Glasgow en Ecosse du 17 au 19 avril 2015, ils assistent à l'intervention du Pr Serge Bracard, neuroradiologue interventionnel du CHRU de Nancy. Pour la 1ère fois, les résultats médicaux de l’étude THRACE menée en collaboration avec les Centres d’Investigation Clinique Epidémiologie Clinique et Innovation Technologique de l’établissement sont présentés à un public d'experts internationaux. Ils confirment l'intérêt de conjuguer thrombolyse intraveineuse et thrombectomie intracrânienne. Explications

Réduire l’incidence et l’impact de l’AVC en améliorant sa prise en charge. C’est la mission que s’est donnée l’organisation européenne (ESO) qui rassemble les chercheurs spécialisés dans l’étude de l’AVC. Réunis à Glasgow en Ecosse du 17 au 19 avril 2015, ils assistent à l’intervention du Pr Serge Bracard, neuroradiologue interventionnel du CHRU de Nancy. Pour la 1ère fois, les résultats médicaux de l’étude THRACE menée en collaboration avec les Centres d’Investigation Clinique Epidémiologie Clinique et Innovation Technologique de l’établissement sont présentés à un public d’experts internationaux. Ils confirment l’intérêt de conjuguer thrombolyse intraveineuse et thrombectomie intracrânienne. Explications
1/3 des AVC sont graves car provoqués par l’occlusion d’une artère par un caillot. Depuis, 2003, les patients qui en sont victimes peuvent être traités par une thrombolyse intraveineuse (injection d’un médicament intraveineux qui dégrade le thrombus (caillot)). Or, lorsque l’artère est grosse et le caillot important, l’efficacité est souvent insuffisante. D’où la thrombectomie intracrânienne : un geste mécanique qui consiste à remonter l’artère fémorale à partir de l’aine jusqu’au niveau cérébral pour capturer ou aspirer le caillot et rétablir le flux sanguin proposée pour traiter ces cas. L’étude THRACE lancée en 2010, financée par le programme de Soutien aux Techniques Innovantes Coûteuses du ministère de la Santé, visait, sur son volet médical, à comparer la thrombolyse seule à la thrombolyse suivie d’une thrombectomie. 26 centres ont participé. Aujourd’hui, ce volet médical de l’étude vient d’être clos prématurément par le comité de surveillance après l’inclusion de 412 patients (le deuxième panel le plus important au niveau mondial) car les résultats souhaités ont été atteints. Ils sont considérés comme définitivement positifs, même s’il reste 17 patients à suivre (le dernier jusque fin mai 2015) qui compléteront, mais ne changeront pas, les résultats.
Conclusion médicale de THRACE : la thrombectomie intracrânienne apporte un surplus significatif de patients autonomes à 3 mois après un AVC sévère. Au total, sur l’ensemble des patients étudiés en France, un peu plus de la moitié n’avait aucune séquelle gênante dans leur vie quotidienne au bout d’un trimestre grâce à la prise en charge par les 2 techniques combinées. Ce traitement par la thrombectomie, dont peuvent bénéficier tous les patients sans limite d’âge, se fait dans certains centres seulement – 38 en France – et doit intervenir dans l’heure qui suit la thrombolyse intraveineuse. Sa réussite nécessite donc une organisation pointue sur un territoire donné qui prenne en compte les transferts de patients et l’intervention d’équipes entraînées et expertes. Actuellement, en Lorraine, seul le CHRU de Nancy offre cette possibilité 24h/24 permettant l’accueil des patients victimes d’un AVC venant des autres Unité Neuro-vasculaires de la région après une consultation par télémédecine. 
La deuxième partie de l’étude THRACE porte maintenant sur l’évaluation médico-économique de cette thrombectomie que les chercheurs internationaux s’accordent maintenant à considérer comme le standard du traitement des AVC graves. A Nancy, elle va être portée par le CIC-EC dirigé par le Pr Francis Guillemin. Il faut maintenant évaluer le coût de chaque étape de cette double prise en charge, rapporté au temps de prise en charge du patient, et le comparer avec un traitement classique, pour déterminer si la thrombectomie est véritablement « coût-efficace ». Cette double approche (fybrinolyse + thrombectomie) pourra alors être considérée comme une véritable amélioration de santé publique pouvant être appliquée à tous les patients qui en ont besoin. Réponse fin 2015.
En savoir + sur ESO : http://www.eso-stroke.org

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.