Avis aux plongeurs : les consignes de sécurité du CHRU de Brest

20 plongeurs ont été secourus par le Centre 15 et l’équipe du caisson hyperbare du CHU de Brest en 2011. Des interventions qui auraient pu être évitées dans certains cas. Soucieux de prévenir les vacanciers des dangers d’un sport qui compte 340 000 adeptes, le CHRU Brest rappelle les principales règles de prudence dans un communiqué.

20 plongeurs ont été secourus par le Centre 15 et l’équipe du caisson hyperbare du CHU de Brest en 2011.  Des interventions qui auraient pu être évitées dans certains cas. Soucieux de prévenir les vacanciers des dangers d’un sport qui compte 340 000 adeptes, le CHRU Brest rappelle les principales règles de prudence dans un communiqué.
 
La plongée expose l’organisme a certaines contraintes qu’il ne faut pas négliger comme la pression, l’immersion, le froid, l’effort …. Aussi, pour découvrir les fonds sous-marins en toute sécurité, chaque plongeur doit :
• Pratiquer une activité physique régulière
• Plonger lorsqu’il se sent en forme et en pleine possession de ses moyens
• Ne pas plonger s’il se sent malade ou fiévreux
• Ne pas plonger dans les 8 jours qui suivent un syndrome grippal (fièvre + courbatures)
• Faire une visite médicale annuelle, en signalant tout événement de santé particulier les prises de médicament ; en cas de doute, demander conseil au médecin
• Bien s’hydrater et manger correctement avant la plongée
• Se réhydrater (eau plate) et se protéger du froid après la plongée
• Eviter les efforts, en particulier en fin de plongée et dans les heures qui suivent une plongée
• Vérifier son matériel avant la sortie et suivre les conseils techniques enseignés par les moniteurs
 
En cas d’accident, pour assurer la meilleure prise en charge possible, le CHRU de Brest recommande de :
• Vérifier que ce matériel est en bon état d’usage : la réglementation prévoit qu’il doit y avoir à bord des bateaux de plongée du matériel d’oxygénothérapie
• S’entrainer à la prise en charge d’un accident de plongée : sortie d’eau efficace d’un plongeur en difficulté, mise sous O2, …
• En cas d’accident ou de suspicion d’accident, ne pas hésiter à mettre le plongeur sous O2, le faire boire de l’eau plate si son état le permet et l’évacuer vers l’hôpital en appelant les secours : le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage  (CROSS ) en mer, Canal 16 par la VHF et le centre 15 sur terre. Le CROSS contacte le centre 15 qui organise la médicalisation de l’évacuation et prévient le centre hyperbare.
 
La plongé en  chiffres
A l’origine, la plongée a surtout évolué dans les secteurs industriel et militaire. La plongée sportive a par la suite, créé de très nombreuses vocations. La France compte aujourd’hui plus de 340 000 pratiquants en plongée sous-marine, dont 150 000 licenciés, qui pratiquent leur passion au sein de plus de 2 000 clubs. En 2011 , 3.076 opérations impliquant 6.855 personnes (6.260 en 2010) ont été comptabilisées. Parmi elles, sur les 5.469 secourues ou assistées, 56 sont décédées ou portées disparues (55 en 2010). Source CROSS Méditerranée

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.