Avis d’expert : le CHU en mode interactif co-construit l’information sur les maladies

"Nous avons la connaissance, vous avez l'expérience de la maladie et certainement beaucoup de questions, ensemble concevons une nouvelle communication mêlant science médicale et témoignages." Telle pourrait être résumée la formule qui a fait le succès d'avis d'experts. Créé en 2013 sous la forme d'un chat sur Facebook où les spécialistes du CHU répondaient en live aux questions des internautes, la conversation numérique s'est déplacée sur les ondes de France Bleu Normandie, dans l'émission "Les Experts". L'échange se prolonge sur le web sur le site du CHU de Rouen
"Nous avons la connaissance, vous avez l’expérience de la maladie et certainement beaucoup de questions, ensemble concevons une nouvelle communication mêlant science médicale et témoignages." Telle pourrait être résumée la formule qui a fait le succès d’avis d’experts. Créé en 2013 sous la forme d’un chat sur Facebook où les spécialistes du CHU répondaient en live aux questions des internautes, la conversation numérique s’est déplacée sur les ondes de France Bleu Normandie, dans l’émission "Les Experts". L’échange se prolonge sur le web sur le site du CHU de Rouen sur une page dédiée. Et désormais Facebook et Twitter sont utilisés en tant que canaux relayant la tenue de l’émission-conversation. Comme tous les 1ers mardis du mois, le 6 septembre 2016 l’émission "Les Experts" sur France Bleu Normandie était consacrée à un problème de santé. Cette fois-ci il s’agissait de la "La maladie de Parkinson", 5 minutes d’exposé, 35 minutes de questions réponses en direct. Et les interanautes sont invités à poursuivre l’entretien en envoyant leurs posts pendant 15 jours à href= »mailto:avisdexperts@chu-rouen.fr ». Le 27 septembre les échanges seront mis en ligne sur http://www3.chu-rouen.fr/Internet/votresante/avis-d-experts/
Entre temps, Floriane Marchand, community manager du CHU de Rouen aura pris soin de centraliser les demandes, de les anonymiser, d’éviter de faire apparaître les questions qui relèvent davantage d’une consultation, de recueillir les réponses et d’insérer le tout sur une page dédiée.
Le public est heureux de pouvoir s’entretenir sans protocole, ni formalisme avec des médecins disponibles. De leur côté les professionnels ont le sentiment de remplir leur mission de prévention et d’éducation à la santé dans le cadre d’une relation digitale maîtrisée de part et d’autre. "Avec les réseaux sociaux, nous mettons l’information en marche et nous la faisons sans cesse évoluer." déclare Floriane Marchand entre deux clics.
L’émission sur Parkinson a déjà suscité xx demandes. Cette maladie dégénérative fréquente touche environ 3 500 personnes en Seine-Maritime et 1 500 dans l’Eure, âgées de plus de 55 ans. Les praticiens rappellent que la maladie de Parkinson constitue la deuxième cause du handicap moteur chez l’adulte après les accidents vasculaires cérébraux. "Les symptômes sont multiples précisent-ils, ils associent lenteur, raideur, tremblement mais aussi parfois douleurs et dépression. Leur retentissement sur la qualité de vie du patient et de son entourage est importante".
Les malades veulent savoir… ( donner des exemples de questions) 
Ils veulent aussi connaître les traitements
Le CHU de Rouen explique que le suivi est assuré par une équipe multidisciplinaire est indissociable du traitement médicamenteux dont l’efficacité sur les symptômes de la maladie peut être remarquable. Cependant, la maladie de Parkinson est lentement évolutive. Dans les stades avancés, la réponse au traitement devient parfois chaotique et la symptomatologie fluctuante. Le patient doute et l’entourage s’interroge sur l’apparition de nouveaux symptômes qui peuvent être résistants au traitement habituel. L’intervention des centres experts est alors recommandée pour discuter de la mise en place éventuelle de traitements de seconde ligne, tel que le traitement chirurgical.
Alternant expertise clinique, pédagogie et constat des séquelles de la maladie sur le quotidien,  le CHU de Rouen croise les paroles des médecins avec celles tout aussi précieuses des patients. Et ce faisant, l’institution réinvente sans cesse les formes de la communication en santé. Dans cette production d’un nouveau style, les patients et des experts font progresser ensemble la connaissance générale sur la maladie.
Calendrier des prochaines rencontres

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.