Bébés prématurés : 2ème centre français de formation NIDCAP à Toulouse

Former les soignants à la méthode NIDCAP pour le plus grand épanouissement des bébés nés avant terme et pour la meilleure implication de leurs parents attentionnés. Tel est l’enjeu du second centre de formation NIDCAP qui s’ouvre à Toulouse. Chaque année plusieurs dizaines de professionnels de santé travaillant en néonatologie (infirmières, puéricultrices mais aussi kinésithérapeutes, pédiatres....) de la région et de la France entière seront initiés à cette approche très particulière des soins fondée sur l'observation détaillée du comportement des nouveau-nés.

Former les soignants à la méthode NIDCAP pour le plus grand épanouissement des bébés nés avant terme et pour la meilleure implication de leurs parents attentionnés. Tel est l’enjeu du second centre de formation NIDCAP qui s’ouvre à Toulouse. Chaque année plusieurs dizaines de professionnels de santé travaillant en néonatologie (infirmières, puéricultrices mais aussi kinésithérapeutes, pédiatres….) de la région et de la France entière seront initiés à cette approche très particulière des soins fondée sur l’observation détaillée du comportement des nouveau-nés. 
Trois niveaux de formation sont proposés pour cette approche très particulière des soins, fondée sur l’observation détaillée du comportement de ces nouveau-nés particulièrement vulnérables : un premier niveau d’introduction aux soins de développement, un niveau intermédiaire de compétences pratiques en soins de développement et un niveau 3 de formation intégrale à l’observation NIDCAP. 

Que le second centre de formation soit toulousain (Brest accueillait le premier), n’est pas un hasard. Dans la ville rose, la maternité de niveau 3 du CHU accueille en moyenne chaque année un nombre grandissants d’enfants nés prématurément, 1 100 enfants en 2016 soit 200 de plus qu’en 2000. Toulouse a d’ailleurs toujours fait figure de précurseur en matière de naissance et de soins aux tout petits.
·        en 1998, les premières chambres parents-enfants (un lit destiné aux deux parents),
·        en 2005, le début des formations à la méthode NIDCAP par le centre formateur de Brest,
·        en 2008, à la suite des changements de pratiques générés par le programme, le CHU de Toulouse est le 1er CHU de France à ouvrir cinq lits d’HAD[1] néonatale, véritable alternative à l’hospitalisation traditionnelle, dont la capacité d’accueil a été augmentée à 10 lits en 2013. A cette même période, il est également un des hôpitaux pionniers de la participation des parents à l’alimentation par sonde du bébé,
·        en 2011, avec neuf puéricultrices et deux médecins de l’unité formés au programme NIDCAP, les protocoles fondés sur le poids ou l’âge gestationnel du bébé sont supprimés au profit du développement des soins individualisés,
·        en 2013, le CHU de Toulouse inaugure l’ouverture d’une unité de néonatologie en maternité couplée mère-enfants prenant en charge dès la naissance des nouveau-nés à partir de 33 semaines : grâce à celle-ci, il n’y a plus de séparation lors de l’hospitalisation du bébé prématuré modéré et sa famille.
·        en 2014 : engagement des professionnels dans un programme d’enseignement NIDCAP de 3 ans avec pour objectif de créer le 2e centre de formation de France.
·        en 2017 : ouverture du 2ème centre français de formation NIDCAP adossé au service de néonatologie du CHU de Toulouse, en collaboration avec l’université Toulouse III-Paul Sabatier et avec le soutien de l’Agence régionale de santé (ARS) Occitanie, permettra de favoriser le développement de ce programme au niveau national.
Le détail des formations est en ligne 

En savoir plus sur NIDCAP, le programme néonatal individualisé d’évaluation et de soins de développement
Créé à Harvard en 1986, le NIDCAP est une philosophie de soins centrée sur l’enfant et la famille. L’objectif du programme est de diminuer le stress ressenti par le bébé au cours de l’hospitalisation pour favoriser son développement de façon harmonieuse. La méthode NIDCAP permet de réduire les stimulations stressantes de l’environnement du bébé prématuré et de proposer des actions sur l’environnement (limitation du bruit et de la lumière, réorganisation de l’espace), sur l’installation et les manipulations (cocon / enveloppement, succion non nutritive, mises au sein précoces, positionnement en flexion dans un nid), sur la coordination des soins (respect des rythmes de veille-sommeil, fractionnement des soins) et sur l’intégration des parents dans les soins (participation aux soins, peau à peau, soutien de l’allaitement maternel).
Le programme redonne aux parents leur rôle d’accompagnateurs privilégiés du développement de leur enfant. Les observations régulières du comportement de ces bébés nés avant terme, permettent d’adapter individuellement les soins au stade de développement du nouveau-né. Le but médical du NIDCAP est de protéger le cerveau en pleine croissance de ces bébés nés avant terme et de soutenir au mieux leur développement.

De nombreuses études réalisées depuis la création du programme ont prouvé ses bénéfices sur le court terme (diminution de la durée d’hospitalisation, atteinte plus rapide de l’autonomie respiratoire et nutritive, amélioration de la qualité du sommeil, diminution de la douleur) et le long terme (meilleure maturation et myélinisation cérébrale, amélioration du fonctionnement et de la structure cérébrale ainsi que du développement neurologique-comportemental-psychomoteur et cognitif).


[1] Hospitalisation à domicile (HAD) : alternative de l’hospitalisation traditionnelle qui facilite le regroupement familial et permet une transition en douceur entre l’unité de Néonatologie et le domicile

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.