Bernard Cazeneuve inaugure le nouveau CHR d’Orléans

Le Premier ministre a inauguré, ce 2 janvier 2017, le nouveau CHR d'Orléans accompagné de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé. L'occasion d'une visite dans les services Urgences pédiatriques, Imagerie et chirurgie ambulatoire où ils ont pu échanger avec des patients et des soignants.
Le Premier ministre a inauguré, ce 2 janvier 2017, le nouveau CHR d’Orléans accompagné de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé. L’occasion d’une visite dans les services Urgences pédiatriques, Imagerie et chirurgie ambulatoire où ils ont pu échanger avec des patients et des soignants.
Prêt à relever les défis d’une médecine d’excellence, le nouvel hôpital d’Orléans se déploie sur 205 000 m² et regroupe 5 000 professionnels dans 60 services. Une réalisation emblématique qui a nécessité 5 ans de travaux et d’aménagement pour un budget total de 700 millions d’euros.  "Cette remarquable réussite fait de cet hôpital un symbole du service public et de sa capacité à se moderniser", s’est félicité Bernard Cazeneuve.
Le Premier ministre "fier" de ce que représente cette réalisation
Le Premier ministre s’est du reste déclaré "fier" de ce que "cette magnifique réalisation représente pour l’Etat et les collectivités territoriales" et de l’ambition qu’elle incarne à travers "une politique de santé au service de tous". Il a aussi salué dans son discours "le dévouement quotidien de tous ceux qui dans nos hôpitaux assurent la réalité du service public".
Bernard Cazeneuve et Marisol Touraine ont dévoilé la plaque d’inauguration en compagnie du directeur général du CHR, Olivier Boyer, du député-maire et président du Conseil de surveillance, Olivier Carré et de Serge Grouard, député et ancien président du Conseil de surveillance. Devant une assemblée de plus de trois cents personnes, ils ont tour à tour rappelé les étapes de ce grand projet, remercier tous ceux qui ont œuvré pour que ce nouvel hôpital devienne une réalité.
Un projet né d’une ambition largement partagée
"Cette inauguration est un moment important, un moment fort pour tous les hospitaliers de notre établissement", a souligné son directeur général Olivier Boyer avant de remercier tout particulièrement Serge Grouard, ancien maire d’Orléans, Patrice Legrand ancien directeur de l’ARH et JP Gushing, ancien directeur général du CHR, "d’avoir eu l’audace de concevoir un projet aussi ambitieux" et d’ajouter que "Sans ambition, il ne peut y avoir de grand projet qui se réalise".
Olivier Boyer a tenu aussi à exprimer sa reconnaissance envers l’Etat "qui a soutenu et financé ce projet". Le directeur a remercié, pour finir,  tous "ceux qui ont réalisé cette ambition", parmi lesquels "les hommes et les femmes du bâtiment, les équipes techniques du CHR, les architectes", les entreprises prestataires ainsi que Artus Paty et Gilles Varin, "les 2 directeurs adjoints qui se sont succédés sur cette opération".
1 200 chambres et un parc paysager de 20 ha
Le nouvel hôpital d’Orléans est conçu dans une architecture horizontale haute de 5 étages et se distribue en 6 imposants pôles colorés : orange pour la pédiatrie, rouge pour les urgences, vert pour le pôle femme-enfant, rose pour la chirurgie, jaune et orange pour les médecines, bleu pour les soins de suite et réadaptation gériatriques. Une promenade extérieure de 400 m relie les blocs entre eux ouvrant sur un parc paysager de 20 ha. 
Comptant 1 200 chambres dont 80 % sont individuelles, l’établissement dispose de 19 blocs opératoires, 8 salles de naissances et d’un plateau technique unique et centralisé avec notamment robot chirurgical, tomothérapie, IRM, TEP-scan, scanner, gammacaméra, chaîne robotisée au laboratoire, etc. Il concentre en outre les dernières technologies logistiques :   réseau de pneumatiques pour le transport des prélèvements biologiques, les produits sanguins et les médicaments urgents ; transports automatisés lourds (TAL) ou " tortues " pour le linge, les repas, les dispositifs médicaux…
Pour une sécurité maximale, le circuit des médicaments a été repensé et repose sur des logiciels de prescription et de traçabilité, des automates de préparation pharmaceutiques et piluliers individuels. Autant d’outils qui contribuent à sécuriser et alléger le travail des soignants au profit de leur présence auprès des patients. 
Betty Mamane
A lire sur le même sujet

Le nouvel hôpital d’Orléans ouvert sur l’avenir
Orléans J-3 ans
Nouvel Hôpital : un suivi de chantier satisfaisant
Orléans : construction en images du nouvel hôpital
Le nouvel hôpital d’Orléans : 1er hôpital régional certifié HQE
Le Nouvel Hôpital d’Orléans

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.