Besançon-Dijon : Extension du domaine des coopérations

Astreintes communes, mutualisation des compétences, échange d’internes, répartition d’activité … la coopération entre les CHU de Besançon et de Dijon est au beau fixe. Au départ circonscrits aux missions de soins, d’enseignement et de recherche, les partenariats s’étendent désormais aux fonctions supports avec pour enjeu la prévention des risques. Formalisée depuis 2009, cette stratégie commune aux deux hôpitaux universitaires de référence se traduit dans les organisations, désormais plus complémentaires que concurrentes. A la fois facteur d’aménagement du territoire et générateur d’efficience, le Groupement de Coopération Sanitaire du Grand Est joue pleinement son rôle structurant de l’offre de soins spécialisés et de haut niveau.

Astreintes communes, mutualisation des compétences, échange d’internes, répartition d’activité … la coopération entre les CHU de Besançon et de Dijon est au beau fixe. Au départ circonscrits aux missions de soins, d’enseignement et de recherche, les partenariats s’étendent désormais aux fonctions supports avec pour enjeu la prévention des risques. Formalisée depuis 2009, cette stratégie commune aux deux hôpitaux universitaires se traduit dans les organisations, désormais plus complémentaires que concurrentes. A la fois facteur d’aménagement du territoire et générateur d’efficience, le Groupement de Coopération Sanitaire du Grand Est joue pleinement son rôle structurant de l’offre de soins spécialisés et de haut niveau. 

Domaines de coopération et actions mises en place

Dans le domaine du soin, des conventions de partenariat ont été conclues En chirurgie cardiaque, les accrodes prévoient l’inscription des nouveaux patients francs-comtois candidats à la greffe sur les listes de Bourgogne, la signature d’une convention pour l’assistance circulatoire mécanique, l’envoi durant 7 mois de perfusionnistes de Dijon pour soutenir l’activité de chirurgie cardiaque sous circulation extra corporelle de Besançon, etc.,
En neurosciences, une astreinte commune en neuro radiologie interventionnelle a été instaurée. Les personnels médicaux chargés des patients atteints de la maladie de Parkinson sont mutualisés.
Greffe hépatique : tous les patients Bourguignons nécessitant une greffe hépatique sont greffés au CHRU de Besançon. Leur suivi est assuré par le CHRU de Dijon, selon des protocoles élaborés en commun, en transplantation rénale : 3 séminaires communs ont été organisés ou encore en hématologie : les deux CHU ont signé une convention constitutive de Fédération médicale inter-hospitalière d’hématologie adulte dont l’activité est partagée entre les services d’hématologie de Dijon et de Besançon, les allogreffes étant réalisées à Besançon.
Les autres disciplines : génétique clinique, chirurgie viscérale, ophtalmologie, endocrinologie, dermatologie, pneumologie, pédiatrie, cancérologie, oncogénétique, gérontologie, biologie, pharmacie, urgences… font déjà ou feront prochainement l’objet d’une coopération effective.
En matière d’enseignement et de formation, une convention facilitant les échanges d’internes en médecine et pharmacie a été signée. Un projet d’enseignement par la simulation voit le jour avec l’ouverture prochaine d’un centre de simulation multidisciplinaire à Dijon. Des séminaires communs sont organisés par le Centre de Ressources Biologiques Ferdinand Cabanne. Chacun des Doyens participe aux travaux des conseils d’UFR de la faculté voisine. Un processus opérationnel de coordination de la prospective hospitalo-universitaire a été mis en place, aboutissant à une démarche conjointe auprès du Ministère en charge de la santé.
Un Institut Régional de Santé Publique – IRESAP [groupement d’intérêt scientifique] a été créé afin d’offrir une formation cohérente pour le doctorat de santé publique sur l’ensemble de l’interrégion Est.
La réflexion commune sur la mise en oeuvre de la réforme Licence Master Doctorat se poursuit…
Dans le domaine de la recherche, une réflexion commune a été initiée en matière d’assurance qualité et concernant les appels à projets institutionnels, tels que le Programme Hospitalier de Recherche Clinique et le programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses. Un appel à projet commun sera prochainement publié. Un travail d’identification des thèmes hospitalo-universitaires pour l’appel à projets « investissements d’avenir », et des thèmes de recherche clinique porteurs pour les deux CHU a été réalisé.
La Fondation de Coopération Scientifique, dans laquelle les CHU figurent en tant que membres fondateurs, a été créée suite aux rencontres avec les Présidents des universités en avril 2010. Des Vice-Présidents recherche, associés au groupe de suivi institutionnel depuis juin 2010, ont été désignés.
De nombreuses autres actions, transversales ou relatives aux fonctions support, ont été conduites: audit commun sur la prévention des risques psychosociaux au travail souhaité par les deux Directions des Ressources Humaines et financé sur les fonds pour la modernisation des établissements de santé, échanges et travaux sur la qualité et les risques entre les deux directions concernées, suivi des autorisations d’activité pour lesquelles les établissements sont associés, définition des axes de coopération entre les deux structures régionales dédiées aux systèmes d’information en santé (Emosist en Franche-Comté et e-Santé en Bourgogne)…he-Comté et e-Santé en Bourgogne)…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.