Bibliothèques hospitalières : quelle place à l’hôpital ?

Où se trouvent-elles ? Quelles ressources leur sont allouées ? Pour quel périmètre d’action ? Ont-elles les moyens pour relever le défi du numérique ? Quelles prestations développent-elles pour répondre à l’évolution des besoins de leurs usagers ? Pour mieux connaître ces lieux de savoirs, véritables parenthèses dans l’univers hospitalier, une enquête nationale sur les bibliothèques et centres de documentation des établissements de santé vient d’être lancée

Où se trouvent-elles ? Quelles ressources leur sont allouées ? Pour quel périmètre d’action ? Ont-elles les moyens pour relever le défi du numérique ? Quelles prestations développent-elles pour répondre à l’évolution des besoins de leurs usagers ? Pour mieux connaître ces lieux de savoirs, véritables parenthèses dans l’univers hospitalier, une enquête nationale sur les bibliothèques et centres de documentation des établissements de santé vient d’être lancée par les Hospices Civils de Lyon, le Réseau national des documentalistes hospitaliers (RNDH), l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (enssib) et l’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation (Arald).
Cette étude est l’occasion de mettre en lumière le service unique rendu par ces passerelles de savoir, dont le caractère indispensable est  reconnu par tous les professionnels : médecins, paramédicaux, étudiants, administratifs.. Nées avec l’hôpital « moderne »(1). les bibliothèques hospitalières ont pour mission principale de mettre à disposition de leurs publics une information fiable et indépendante au service de l’apprentissage et la prise de décision (2).  Qu’il s’agisse de soutien à l’enseignement, d’accès aux publications, de recherches bibliographiques, ces espaces offrent une palette de services dont l’étendue reste mal connue.
Les bibliothèques destinées aux patients sont, peut-être, mieux identifiées. En effet, depuis la signature de la convention nationale « Culture à l’hôpital » en 1999, la lecture reste l’un des principaux modes d’accès à la culture pour les personnes dites « empêchées » (c’est à dire le public séjournant en institution). Lieu de lecture et d’animations culturelles, la bibliothèque à l’hôpital s’est diversifiée pour intégrer à son offre la vidéo, et la musique, aujourd’hui accessibles sur les tablettes. La bibliothèque devient alors une passerelle entre le malade et la culture sous toutes ses formes. Aujourd’hui confrontée à des malades pris en charge en ambulatoire, durant moins de 24h, et à l’appétence des jeunes générations pour le numérique, les bibliothèques sont amenées à se renouveler (3). Sont-elles prêtes pour cette évolution ?
Le questionnaire mis en ligne à l’URL https://enquetes.chu-lyon.fr/cgi-bin/HE.exe/SF?P=2z4z2z-1z-1z5A2E6FDECD  devra être renseigné avant le 18 septembre 2015 par les responsables de ces centres ou par toute personne chargée de la stratégie, des personnels et des budgets de documentation.
Les résultats seront communiqués le 5 octobre 2015 lors de la journée d’étude « Chacun sa fonction publique ? Zoom sur les bibliothèques hospitalières » qui se tiendra à l’enssib (Villeurbanne)
http://www.enssib.fr/JE-bibliotheques-hospitalieres

Petite histoire des bibliothèques hospitalières (4)
La majorité des centres de documentations hospitaliers a été créée en même temps que les CHU (1958) mais certaines bibliothèques peuvent s’enorgueillir d’un passé séculaire notamment à l’AP-HP et aux Hospices Civils de Lyon.  Dans sa thèses (1995), Gérard Tilles écrit au sujet des hôpitaux parisiens : « Pour l’essentiel, la mise en place des musées et bibliothèques médicales de l’APHP fut contemporaine des dernières années du Second Empire et du début de la IIIème République » (5).

A Lyon, c’est en avril 1876 que le Conseil d’Administration des Hospices Civils de Lyon, à la demande des Internes, décide de mettre à leur disposition un local au sein de l’Hôtel-Dieu pour la constitution d’une bibliothèque (6) (toujours en activité, cette dernière est aujourd’hui hébergée à l’Hôpital Edouard Herriot).

En ce qui concerne la lecture publique
, les principales associations à destination des malades émergent au début du 20ème siècle (7),  même si Frédéric Duton précise, dans son mémoire de conservateur, que « les premières traces officielles de la lecture à l’hôpital relevées en France datent de 1634, lorsque cette activité est placée sous le signe de la « distraction des malades »  (8)». Ainsi, l’Association des Bibliothèques d’Hôpitaux (ABH) de Lyon fut créée en 1938 et est encore en activité aujourd’hui.
Parallèlement à ces bibliothèques, essentiellement à destination des médecins et des malades, se développent des centres de documentation lors de la mise en place des Institut de Formation aux Carrières de Santé (IFSI, IFAS, écoles de cadres, etc.). La majorité des bibliothèques ou centres de documentation modernes ont été ouverts à cette occasion car les IFCS devaient disposer d’un lieu dédié aux ressources documentaires pour l’enseignement.
Les différentes missions des bibliothèques ou un centres de documentation et leur rôle au sein de l’hôpital
Traditionnellement, ils acquièrent les documents après sélection, rédigent des contrats/marchés et négocient avec les éditeurs. Ils organisent le fonds documentaire papier et électronique pour permettre son utilisation par les étudiants, professionnels et patients (de manière la plus autonome et efficace possible). Il leur revient aussi de développer des produits, notamment de communication, pour faire connaitre les fonds et en favoriser l’usage. Enfin les bibliothécaires et documentalistes doivent former le public à la recherche d’information, à son évaluation, sa sélection et son exploitation : ensemble de compétences que l’on appelle la littératie. (9) Ils ont également pour mission de développer tous services centrés sur l’information : veille stratégique ou d’image, bibliométrie, recherches d’information, accompagnement des chercheurs (pour les revues de littératures notamment).

En savoir plus sur
Les Hospices Civils de Lyon (HCL)
Deuxième Centre Hospitalier Universitaire de France, les HCL emploient plus de 22 000 professionnels. Dotés des équipements les plus avancés, ils se consacrent quotidiennement à leur mission : contribuer à l’amélioration constante de la santé.
Les Hospices Civils de Lyon regroupent aujourd’hui 14 établissements pluridisciplinaires ou spécialisés qui assurent de larges missions.
Site internet : www.chu-lyon.fr
Le Réseau national des documentalistes hospitaliers (RNDH)
Le RNDH est la première association française regroupant des documentalistes hospitaliers ou des personnes exerçant des fonctions documentaires dans le domaine de la santé. Il rassemble actuellement près de 300 adhérents.
Les établissements d’appartenance des documentalistes sont en majorité les Centres Hospitaliers, les CHU puis les différents centres hospitaliers (généraux, psychiatriques, privés, etc.) et d’autres organismes de santé.
Site internet : www.rndh.fr
A propos de l’enssib
L’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (enssib) est un établissement public créé en 1992.
Elle assure :
– La formation post-concours de fonctionnaires (conservateurs des bibliothèques, bibliothécaires d’État)
– Des formations universitaires niveau master
– La recherche en sciences de l’information, en histoire du livre et des bibliothèques, et en anthropologie de la bibliothèque contemporaine
– Des services et ressources à destination de la communauté professionnelle des bibliothèques et de la documentation : veille, publications, bibliothèque numérique, colloques, journées d’étude, conférences, bourse aux emplois, etc.
Site internet : www.enssib.fr
A propos de l’Arald
L’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation se situe au carrefour des différents métiers du livre et des activités menées par les créateurs, les professionnels et les médiateurs. Elle met en œuvre des actions de coopération, d’information, de formation, de conseil et de promotion en faveur du livre et de la lecture. Lieu d’échange et de réflexion prospective, l’Arald se mobilise sur les enjeux et les nouveaux acteurs du numérique, à travers des études et des dispositifs innovants.
L’Arald est une association financée par la Région Rhône-Alpes et le ministère de la Culture et de la Communication, DRAC Rhône-Alpes.
Elle est membre de la Fédération interrégionale du livre et de la lecture (FILL).
Site internet : www.arald.org

[1] Tel que le nomme  Olivier Faure dans son ouvrage « Genèse de l’hôpital moderne, les Hospices Civils de Lyon de 1802 à 1845. » Lyon: Presses Universitaires de Lyon CNRS Paris; 1982. 272 p p.

(2)http://www.unesco.org/webworld/libraries/manifestos/school_manifesto_fr.html

(3)http://www.abhlyon.fr/index.php/revue-de-presse.html

(4)Voir le dictionnaire de l’enssib : http://www.enssib.fr/le-dictionnaire/bibliotheques-hospitalieres

(5) http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/asclepiades/tilles_1995.htm
(6) http://anciensinterneslyon.fr/activites/bibliotheque-scientifique.html

(7) http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/63314-les-bibliotheques-d-hopitaux-en-france-bilan-et-perspectives.pdf

(8) http://enssibal.enssib.fr/bibliotheque/documents/dcb/duton.pdf

(9) http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2005-02-0042-007

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.