Cancer : une parenthèse de douceur 

Shiatsu, yoga, toucher-massage, réflexologie plantaire, conseils beauté, atelier autour du goût... ces activités bien-être à l'attention patients atteints de cancer sont dispensées à l’espace de ressources et d’information (Eri) du CHU de Nantes. Baptisée « Parenthèse de douceur », cette offre répond aux besoins de relaxation et de détente des malades.

Shiatsu, yoga, toucher-massage, réflexologie plantaire, conseils beauté, atelier autour du goût… ces activités détente et bien-être à  l’attention patients atteints de cancer sont dispensées à l’espace de ressources et d’information (Eri) du CHU de Nantes.
Sous l’égide de la fédération de cancérologie, l’espace de ressources et d’information (ERI) propose une prise en charge complémentaire et originale pour améliorer le bien-être et la qualité de vie des patients atteints de cancer et de leurs proches. Baptisée « Une parenthèse de douceur », cette offre répond aux besoins de relaxation et de détente des malades.
Après une phase-test de trois mois, tous les patients suivis pour un cancer peuvent bénéficier de ce service au cours d’une hospitalisation ou à n’importe quel moment du parcours de soins. À ce jour, six ateliers sont proposés :

  •  shiatsu. Consistant en des pressions digitales le long des méridiens d’acupuncture, cet atelier individuel, d’environ une heure, a pour but d’apporter une relaxation profonde et durable.
  •  yoga. Sous forme de cours, l’objectif est de permettre aux participants d’apprendre à se relaxer par eux-mêmes par des exercices simples et adaptés. Ces séances permettent à des personnes malades de se réapproprier leur corps en redevenant acteurs de leur prise en charge.

  •  toucher-massage. Défini comme un enchaînement de gestes non thérapeutiques, le toucher-massage vise à apporter détente et apaisement. Il permet, par ailleurs, d’établir une autre relation soigné-soignant.

  • réflexologie plantaire. Cette technique douce consiste en des massages par pressions sur les deux pieds. Chaque séance est une pause bien-être propice au délassement et au soulagement.

  • conseils beauté. Cet atelier collectif a pour but d’aider les femmes à améliorer l’image qu’elles ont d’elles-mêmes. Tout au long de cette rencontre conviviale, des conseils adaptés sont proposés : les couleurs qui mettent en valeur, le maquillage « bonne mine », comment prendre soin de sa peau pendant et après les traitements.

  • atelier autour du goût. Les patients traités par chimiothérapie expriment souvent une modification de leur perception du goût pouvant conduire à un désintérêt de l’alimentation. L’objectif de cet atelier est donc de réapprendre à cuisiner de manière conviviale et interactive… et d’y prendre plaisir ! Un chef nantais anime la partie pratique après une introduction assurée par un nutritionniste du CHU.

    En pratique

    Uniquement sur inscription, toutes ces activités sont gratuites pour les patients et leurs proches grâce à des financements privés. Tous les intervenants font partie du personnel du CHU et sont diplômés dans la discipline qu’ils pratiquent sur leur temps personnel.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.