Bien naître pour mieux être : accouchement en salle nature à Toulouse

Connue pour son haut degré de médicalisation et la sécurité de ses accouchements, la maternité de l’hôpital Paule-de-Viguier, ouverte en 2004, innove en proposant une filière d’accouchement physiologique. Les futures mamans présentant une grossesse sans complication, peuvent désormais choisir d’accoucher de manière plus naturelle, sans médicalisation intensive tout en conservant des conditions optimales de sécurité

Connue pour son haut degré de médicalisation et la sécurité de ses accouchements, la maternité de l’hôpital Paule-de-Viguier, ouverte en 2004, innove en proposant une filière d’accouchement physiologique. Les futures mamans présentant une grossesse sans complication, peuvent désormais choisir d’accoucher de manière plus naturelle, sans médicalisation intensive tout en conservant des conditions optimales de sécurité. Baignoire d’accouchement, lianes suspensives, large banquette permettant aux pères d’être partie prenante du travail.
Cette salle d’accouchement d’un nouveau type est mise depuis peu à la disposition des futurs parents pour répondre à leur projet de naissance sous surveillance médicale adaptée. Elle s’inscrit aussi dans un contexte d’évolution des orientations nationales de prise en charge des grossesses physiologiques.
Excellence et proximité : une maternité qui répond à tous les besoins de la population
Territoire très attractif, l’agglomération toulousaine enregistre la plus forte progression démographique de France. Avec 1 264 154 habitants en 2012, le département de Haute-Garonne, avec Toulouse comme chef-lieu a gagné 42 000 nouveaux résidents en sept ans soit 13,5 % de plus, une moyenne de plus de 20 000 par an. Les hôpitaux et les maternités doivent faire face à une augmentation importante de la demande de soins et le nombre d’accouchements suit cette évolution :  4 524 accouchements pour 4 691 naissances pour le CHU de Toulouse en 2014 !
Les établissements doivent aussi s’adapter aux nouvelles demandes des couples recherchent un univers moins médicalisé, plus proche d’un accouchement à domicile tout en bénéficiant « au cas où » des conditions maximales de sécurité assurées par les équipes et l’environnement hospitaliers.
La maternité de l’hôpital Paule-de-Viguier n’est pas réservée aux seules grossesses à risque mais ouverte à tous les couples
Conciliant excellence et proximité, la salle nature (unique dans la région) complète l’offre de la maternité de l’hôpital Paule-de-Viguier, seule structure de niveau 3 en Midi-Pyrénées.
La salle nature s’intègre dans une filière à bas risque 
« Le CHU a l’ambition de s’adapter à l’univers évolutif des maternités, et de répondre ainsi à la diversité des demandes des couples et de leurs besoins. La maternité du CHU entend aussi satisfaire aux orientations nationales encourageant les sorties précoces et la baisse des durées moyennes de séjour.» précise Estelle Oussar, directrice déléguée du pôle femme-mère-couple.

Le Professeur Olivier Parant, responsable du groupe d’activité obstétrique et co-chef du projet, insiste sur l’originalité et le caractère innovant de la filière physiologique de la maternité de l’hôpital Paule-de-Viguier : « Elle concerne tout le parcours de la patiente, de l’anténatal (consultations) à l’accouchement, au post-partum et jusqu’à la sortie précoce, avec des partenariats avec les sages-femmes libérales et les médecins de ville. L’accouchement en salle nature s’inscrit dans une trajectoire complète. Ce n’est pas une étape isolée, comme ce qui existe dans d’autres structures publiques ou privées. »
La salle nature : accompagner autrement le projet de naissance des parents
Située dans le secteur naissance, la salle d’accouchement nature comporte différents ateliers pour vivre la naissance au plus près du projet parental.

Les équipements
– une baignoire pour que la maman se détende en début de travail quand les contractions commencent à se rapprocher et à devenir douloureuses ;
– des lianes de traction qui permettent de faire des suspensions, adopter des positions relaxantes et d’ouvrir le bassin pour faciliter la descente du bébé.
– des ballons qui aident à conserver pendant toute la durée du travail la mobilité du bassin ;
– une table d’accouchement qui permet de choisir avec la sage-femme la position la plus confortable pour la maman ;
– une banquette large pour que le papa puisse accompagner et soutenir la future maman.
Dans cet espace propice à la détente et à la déambulation, la lumière se règle pour plus de douceur et la naissance peut se faire en musique. La configuration et la taille de la pièce favorisent la participation du papa à la naissance l’intégrant entièrement à cet événement. Dès la naissance, le bébé est placé en peau à peau et peut bénéficier d’une mise au sein précoce. Les premiers soins sont réalisés à proximité de la mère pour limiter le temps de séparation.

« Cette salle assure une prise en charge spécifique des couples, selon un concept avant-gardiste et global, du prénatal, jusqu’au post natal. Elle permet un accompagnement personnalisé et modulable du couple pour réaliser son projet de naissance. » se réjouit Christine Amiel, cadre supérieur sage-femme du pôle et co-chef du projet.
« Cette nouvelle salle nature réponde à une demande des couples d’une moindre médicalisation de l’accouchement, mais avec l’excellence et l’expertise des équipes hospitalières ainsi que la sécurité et la qualité des soins d’un environnement hospitalier. » résume le Professeur Louis Bujan, chef du pôle femme-mère couple du CHU de Toulouse.
L’hôpital Paule-de-Viguier, c’est
– une maternité ;
– un service de chirurgie gynécologique ;
–  un service de médecine de la reproduction.
Chiffres clés de la naissance (2014)
– accouchements : 4 524
– naissances : 4 691
– accouchements par voies basses spontanées : 2 916 (64.4%)
– césariennes : 996 (21.3 %)
– anesthésies péridurales : 3 493
Un projet médical global et structuré en filières de soins
Le projet médical de la maternité Paule-de-Viguier est le résultat d’un diagnostic partagé et d’un travail collectif. Il est global et fondé sur une prise en charge par filières de soins :
– Filière à bas risque ou physiologique
– Filière à risque médical
– Filière à risque psycho social
– Filière chirurgicale
– Filière urgences

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.