Biologie : Montpellier construit un site unique financé par la BEI 55 M€

Le Centre Hospitalier Universitaire de Montpellier et la Banque Européenne d’Investissement (BEI) ont annoncé la signature d’un contrat de financement de 55 M€ pour la construction du futur bâtiment de biologie en présence de Thomas Le Ludec, Directeur général du CHU de Montpellier et de Tanguy Desrousseaux, responsable de l‘activité de financement des infrastructures et du secteur public à la BEI.
Le Centre Hospitalier Universitaire de Montpellier et la Banque Européenne d’Investissement (BEI) ont annoncé la signature d’un contrat de financement de 55 M€ pour la construction du futur bâtiment de biologie en présence de Thomas Le Ludec, Directeur général du CHU de Montpellier et de Tanguy Desrousseaux, responsable de l‘activité de financement des infrastructures et du secteur public à la BEI.
Le rassemblement des activités de biologie au sein d’un bâtiment neuf constitue la première étape du Schéma Directeur Architectural du CHU de Montpellier. L’objectif à long terme étant le regroupement des activités de soins sur un site unique. Le financement européen a été accordé à des conditions financières très attractives grâce à la notation financière AAA de la BEI : il permettra très concrètement au deuxième acteur de santé de la région Occitanie de financer cette première opération de modernisation et de restructuration de l’offre de soins sur le site principal du CHU.

Un chantier d’ampleur : le bâtiment unique de biologie et l’hélistation

Le site regroupera 19 laboratoires de biologie, d’anatomopathologie et de génétique, actuellement répartis dans de nombreux bâtiments de l’établissement. Cette phase va permettre de préparer le site principal du CHU (le site de Lapeyronie) à accueillir ultérieurement de nouvelles opérations de modernisation. Ces aménagements préalables consistent notamment en la construction de nouveaux stationnements et d’une hélistation modernisée. Sont également prévus la sécurisation de l’alimentation électrique du site par la construction d’une nouvelle centrale de secours. Au global, cette première phase de travaux se chiffre actuellement à près de 112M€.

Un projet financé grâce à la Banque Européenne d’Investissement

Le CHU de Montpellier a sollicité l’appui de la Banque Européenne d’Investissement pour le financement de ses opérations de modernisation et de restructuration de l’offre de soins. La BEI a donc favorablement répondu à cette demande en accord au CHU un emprunt de 55 millions d’euros à des conditions financières attractives.
Ce financement s’inscrit dans l’action prioritaire de la BEI en faveur d’infrastructures durables ayant un impact direct sur la vie quotidienne des habitants. En tant que premier financeur européen des infrastructures en France, la BEI a consacré 7,8 milliards d’euros d’investissements depuis janvier 2016 en soutien au développement d’infrastructures modernisées et durables dans les domaines du transport urbain, du Très Haut Débit, de l’enseignement avec les collèges, lycées et universités, et des hôpitaux. Plus de 50% des projets financés par la BEI en France concernent le financement d’infrastructures, ce qui est au-delà de la moyenne européenne.
La santé est de surcroît un secteur prioritaire d’activité pour la Banque de l’Union européenne avec près de 5 milliards d’euros d’investissements consacrés à ce domaine en France depuis le début des années 2000.

En savoir plus sur la Banque Européenne d’Investissement (BEI)

La Banque Européenne d’Investissement (BEI), Banque de l’Union européenne, forme avec le Fonds européen d’investissement (FEI) le Groupe BEI. Depuis 2012, grâce à la solidité de ses compétences et à l’attrait financier de sa notation financière AAA, le Groupe BEI a doublé son volume d’activité en France (atteignant 9,3 milliards d’euros en 2016) au service des entreprises et de l’innovation, mais aussi en finançant l’investissement dans des secteurs stratégiques comme l’action en faveur du climat, l’énergie, la santé, l’éducation et la formation des jeunes, les infrastructures durables.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.