Bordeaux : 1er au Palmarès des hôpitaux

Le CHU de Bordeaux arrive en tête des 50 meilleurs hôpitaux publics classés au palmarès du Point. Bordeaux occupe les 5 premières places dans 27 spécialités médicales et chirurgicales. Dans un communiqué du 25 août, le CHU de Bordeaux souligne la constance de ses performances "Depuis plus de 14 ans, le CHU maintient sa place sur le podium des 3 premières places. Classé 1er en 2003 et 2005, il retrouve cette année la tête du palmarès".
Le CHU de Bordeaux arrive en tête des 50 meilleurs hôpitaux publics classés au palmarès du Point. Bordeaux occupe les 5 premières places dans 27 spécialités médicales et chirurgicales. Dans un communiqué du 25 août, le CHU de Bordeaux souligne la constance de ses performances "Depuis plus de 14 ans, le CHU maintient sa place sur le podium des 3 premières places. Classé 1er en 2003 et 2005, il retrouve cette année la tête du palmarès".
Pour les responsables, cette première place est une "reconnaissance du travail de qualité réalisé au quotidien par les équipes médicales, soignantes et hospitalières, au bénéfice des patients". 

Les très bons scores du CHU de Bordeaux

1er dans les spécialités suivantes
Chirurgie des artères (en 2013)
Chirurgie du rachis (depuis 2008)
Urgences traumatologiques
Leucémie (2010 à 2012 et depuis 2014)
Cancer du côlon ou de l’intestin (en 2012 et depuis 2015)
Chirurgie du rectum (de 2010 à 2011 et en 2013)

2nde place 
Traumatologie de la face
Maladies infectieuses et du voyageur
Epilepsie
Lymphomes
Chirurgie des cancers osseux
Cancer ORL
Cancer du foie ou du pancréas
3ème place 
Stimulateurs cardiaques
Urgences de la main
Glandes salivaires
4ème place 
Infarctus du myocarde
Accidents vasculaires cérébraux
Cancer de l’estomac ou de l’oesophage
Audition
Chirurgie de l’hypophyse
5ème place 
Chirurgie cardiaque
Hypertension artérielle
Prothèse de hanche
Neurochirurgie
Cancer de la vessie
Cancer du rein
Le palmarès des hôpitaux publics établi par le magazine Le Point est basé sur des données 2014 du programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) et sur une enquête menée auprès de 580 établissements publics ou privés à but non lucratif et 574 établissements privés à but commercial. 280 hôpitaux et 331 cliniques ont répondu, sur respectivement, 63 et 37 disciplines médicales et chirurgicales. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Pour les CHU, le spectre de l’impasse financière

Dans un communiqué rendu public ce lundi 2 octobre, la Conférence des Directeurs Généraux de CHU s’alarme de la mauvaise situation financière des CHU français, imputable selon elle aux surcoûts en termes de ressources humaines et aux effets de l’inflation. Et redoute une dégradation rapide si l’Etat ne fait rien.

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

Dossier : l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

L’Accident Vasculaire Cérébral touche 150 000 personnes par an. Responsable de 110 000 hospitalisations selon le ministère de la santé, cet arrêt soudain de la circulation sanguin à l’intérieur du cerveau représente la troisième cause de décès chez l’homme et deuxième chez la femme, soit au total 30 000 décès par an. En France, plus de 500 000 Français vivent avec des séquelles suite à un AVC.

AVC : la promesse d’une prise en charge en moins de dix minutes

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Coup d’oeil sur le métier d’infirmière formatrice

Isabelle Teurlay-Nicot est infirmière formatrice auprès des aides-soignants à l’IMS (Institut des Métiers de la Santé) du CHU de Bordeaux. Un métier qui ne se limite pas seulement à la notion d’apprentissage. En juillet dernier, elle a accepté de revenir sur cette profession ou se mêlent expertise médicale et pédagogie.