BORDEAUX, grande gagnante du palmarès des grandes villes

Le journal Impact Médecine a réalisé le premier palmarès santé des villes françaises. Véritable base documentaire permettant l'analyse statistique comparative d'une centaine de critères, ce palmarès montre une photographie exclusive de la santé citadine. Ce palmarès distingue les villes où il est bon de se faire soigner et celles où la morbi-mortalité est faible. Bordeaux décroche la médaille d'or. Championne de l'offre de soins, la capitale de l'Aquitaine se distingue aussi par les initiatives santé de la mairie.

Le journal Impact Médecine a réalisé le premier palmarès santé des villes françaises. Véritable base documentaire permettant l’analyse statistique comparative d’une centaine de critères, ce palmarès montre une photographie exclusive de la santé citadine. Ce palmarès distingue les villes où il est bon de se faire soigner et celles où la morbi-mortalité est faible. Bordeaux décroche la médaille d’or. Championne de l’offre de soins, la capitale de l’Aquitaine se distingue aussi par les initiatives santé de la mairie.

BORDEAUX, palme d’or de la santé urbaine

Au palmarès Villes Santé d’Impact Médecine, Bordeaux caracole en tête du classement général, du classement sur l’offre de soins et arrive quatrième pour les initiatives de la municipalité en matière de santé.
Côté offre de soins, la première place de Bordeaux n’est pas vraiment une surprise. Le CHU est en effet toujours bien placé au palmarès hospitalier du magazine Le Point. A y regarder de plus près, les indicateurs du palmarès révèlent en fait une offre nettement supérieure à la moyenne pour les enfants et les adolescents, mais un manque de places pour les personnes âgées. Le taux d’équipement lourd place Bordeaux au second rang des villes les mieux dotées de France. Enfin, la démographie médicale pourrait elle aussi faire des envieux. C’est la 3e plus forte densité de généralistes et la 2e concernant les spécialistes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Pour les CHU, le spectre de l’impasse financière

Dans un communiqué rendu public ce lundi 2 octobre, la Conférence des Directeurs Généraux de CHU s’alarme de la mauvaise situation financière des CHU français, imputable selon elle aux surcoûts en termes de ressources humaines et aux effets de l’inflation. Et redoute une dégradation rapide si l’Etat ne fait rien.

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

Dossier : l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

L’Accident Vasculaire Cérébral touche 150 000 personnes par an. Responsable de 110 000 hospitalisations selon le ministère de la santé, cet arrêt soudain de la circulation sanguin à l’intérieur du cerveau représente la troisième cause de décès chez l’homme et deuxième chez la femme, soit au total 30 000 décès par an. En France, plus de 500 000 Français vivent avec des séquelles suite à un AVC.

AVC : la promesse d’une prise en charge en moins de dix minutes

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Coup d’oeil sur le métier d’infirmière formatrice

Isabelle Teurlay-Nicot est infirmière formatrice auprès des aides-soignants à l’IMS (Institut des Métiers de la Santé) du CHU de Bordeaux. Un métier qui ne se limite pas seulement à la notion d’apprentissage. En juillet dernier, elle a accepté de revenir sur cette profession ou se mêlent expertise médicale et pédagogie.