Bordeaux : le mécénat rend les chambres stériles plus humaines

Le secteur protégé de l’unité d’oncohématologie de l’hôpital des Enfants du CHU de Bordeaux fait peau neuve. Cette rénovation a été réalisée grâce à la générosité de nombreux mécènes et donateurs privés (1,2 millions d’€ ). Destinée à accueillir les enfants en chambres stériles, l'unité a été repensée pour offrir un cadre plus confortable, plus convivial et en adéquation avec les recommandations actuelles d'hygiène et de sécurité.

Le secteur protégé de l’unité d’oncohématologie de l’hôpital des Enfants du CHU de Bordeaux fait peau neuve. Cette rénovation a été réalisée grâce à la générosité de nombreux mécènes et donateurs privés (1,2 millions d’€ ). Destinée à accueillir les enfants en chambres stériles, l’unité a été repensée pour offrir un cadre plus confortable, plus convivial et en adéquation avec les recommandations actuelles d’hygiène et de sécurité. 
« Le Pr Yves Pérel voulait «laisser entrer la vie» … objectif atteint! Ce qui frappe quand on franchit le seuil, c’est l’espace et la lumière, puis la douceur des matériaux, des couleurs, des courbes. On se projette bien, on ressent l’accueil et le confort: un espace personnel intime, la possibilité d’avoir ses parents avec soi, de pouvoir rencontrer d’autres jeunes, de sortir de sa chambre pour faire des activités…l’isolement est rompu…. Et tout cela en sécurité. Cette magnifique réalisation rejoint la philosophie de notre unité qui est d’allier expertise technique et confort de vie, dans une vision humaniste des soins». Le Dr Anne Notz-Carrère, responsable de l’unité d’onco-hématologie (à la suite du Pr Yves Pérel), partagent son enthousiasme avec les équipes, les parents et les enfants hospitalisés dans le service.  

De l’espace et des couleurs

La vie et la couleur s’invitent dans le nouveau secteur protégé, composé de 6 chambres de 14 m² (contre quelque 7m2 auparavant) toutes équipées d’un lit "accompagnant" et d’une fenêtre, ce qui n’était pas le cas dans l’ancienne configuration.. Ainsi l’enfant n’est pas forcé de dormir seul, sa mère ou son père pourra rester près de lui.
Cette restructuration a permis aussi d’installer un WC et une douche dans chaque chambre tout en garantissant un haut niveau de protection antimicrobienne. Un endroit à l’écart avec une baignoire a été prévu. Pour favoriser la relaxation, un puits de lumière est placé juste au-dessus de la baignoire.
Les enfants auront même la possibilité de sortir de leur chambre et se divertir sans risque dans des espaces en bénéficiant d’un traitement d’air spécifique. Ils pourront ainsi se rendre à la salle de sport/détente pour pratiquer une activité physique, suivre un cours, écouter une histoire ou de la musique. Un bon moyen de rompre l’isolement et de permettre de partager, rencontrer, échanger, étudier…Les parents et les soignants bénéficient quant à eux d’équipements de protection individuelle plus légers, ce qui favorise le lien avec l’enfant. «Le vrai plus de ce secteur rénové, c’est que les enfants et adolescents pourront sortir de leur chambre, apprécie l’équipe soignante. La fatigue et les effets de la maladie et des traitements sont lourdement présents pendant ces périodes d’hospitalisation au secteur protégé. Mais pouvoir changer d’espace, partager un moment avec sa famille et d’autres enfants dans ce secteur va créer sans aucun doute des échanges extraordinaires»

Une architecture dédiée au bien-être

Le titre du projet, «chambres de l’extrême», fait référence à la durée d‘hospitalisation habituellement prolongée, à la fatigue parfois extrême des enfants, au risque vital élevé. Les idées qui traversent les esprits questionnent le sens, la condition humaine, l’incertitude, l’espoir et ont interpellé les architectes de ce projet. «Nous avons souhaité apporter notre expertise à ce projet important qu’est le secteur protégé des enfants du CHU de Bordeaux en redéfinissant l’organisation fonctionnelle du service, en retravaillant les espaces, en apportant un maximum de lumière naturelle et en faisant le choix de matériaux colorés apportant un sentiment de bien-être tant pour les patients que pour le personnel», confient Charlotte Pijcke et Jose Olague de CPI architecture.

Un financement porté par la générosité

Pour pouvoir concrétiser de tels projets, le CHU de Bordeaux s’est doté d’une direction exclusivement dédiée au mécénat pour faciliter, accélérer la concrétisation de certains projets au profit du patient, renforcer les liens du CHU avec les acteurs du territoire, accroître la visibilité de l’hôpital dans ses domaines d’excellence.
La direction du mécénat a ainsi accompagné ce projet et a réuni 2 à 3 fois par an le cercle des mécènes et donateurs qui grandissaient régulièrement. La mobilisation, l’énergie, l’adhésion de tous ont permis de réunir les fonds nécessaires. «Le succès de ce projet ne serait tel sans la générosité de nombreux donateurs et mécènes, et sans l’engagement des équipes médicales, soignantes et techniques. Tous ces gens ont uni leurs efforts pour offrir le meilleur aux enfants malades», souligne Philippe Vigouroux, directeur général du CHU de Bordeaux. 

La rénovation du secteur protégé en chiffres
BUDGET FINAL: 1,2 M€

– Travaux: 1M€

– Equipements: 200 000€

Dates clés:

– Juillet 2016: décision de rénover totalement le secteur protégé, composé de 5 chambres de 8m²

– octobre 2018: début du chantier

– 24 juin 2019 : inauguration du nouveau secteur protégé 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.