Bouches-du-Rhône: le GHT 13 prend ses marques et pose ses priorités médicales

Après la mise en place de nouvelles instances, le Groupement hospitalier de territoire des Bouches-du-Rhône (GHT 13) a réuni lundi 30 janvier 2017, son Comité stratégique pour déterminer les 8 filières prioritaires de son projet médical de territoire.
Après la mise en place de nouvelles instances, le Groupement hospitalier de territoire des Bouches-du-Rhône (GHT 13) a réuni lundi 30 janvier 2017, son Comité stratégique pour déterminer les 8 filières prioritaires de son projet médical de territoire. 
Neuro-vasculaire, Cardiologie interventionnelle, Orthopédie – traumatologie, Psychiatrie, Urgences, Pharmacie, Imagerie, Biologie: tel a été le choix entériné. La décision s’est appuyée à la fois sur des priorités nationales, régionales et sur les besoins exprimés par les établissements membres après une large concertation et un travail de diagnostic des forces et faiblesses du groupement. 
Cinq autres filières prévues dans le projet médical
Ces 8 filières priorisées vont permettre de décliner le " projet médical partagé " qui sera présenté le 1er juillet 2017 conformément au calendrier imposé par la loi. L’enjeu étant de mieux organiser les prises en charge sur le territoire et de proposer un projet médical en adéquation aux besoins de la population. Une fois cette étape franchie, cinq autres filières cliniques intégreront le projet médical partagé : la Cancérologie, le Digestif, la Gériatrie, la Gynécologie et la Pédiatrie.
Le Collège médical et la Commissions des Soins sont en place
Depuis sa constitution le 1er Juillet 2016, 4 comités stratégiques se sont réunis, associant les chefs d’établissement, présidents de CME et directeurs des soins, dérouler la mise en place des instances du GHT 13 et structurer sa gouvernance.  Le Collège médical a été ainsi installé, présidé par le Pr Dominique Rossi, Président de la CME de l’AP-HM avec comme vice-président, le Dr Serge Yvorra, Président de la CME du Centre Hospitalier de Martigues. Régine Rostaing, présidente de la Commission des Soins de Rééducation et Médico Techniques du CHS de Montperrin, prend quant à elle la tête de la Commission des Soins.
La structuration des fonctions dites support avance également avec la désignation d’un médecin responsable du Département d’Information médicale de territoire par l’AP-HM en tant qu’établissement support, sur proposition du président du collège médical. C’est le Dr Bernard Garrigues, président de la CME du Centre Intercommunal d’Aix-pertuis qui a été désigné.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.