Bouches-du-Rhône: le GHT 13 prend ses marques et pose ses priorités médicales

Après la mise en place de nouvelles instances, le Groupement hospitalier de territoire des Bouches-du-Rhône (GHT 13) a réuni lundi 30 janvier 2017, son Comité stratégique pour déterminer les 8 filières prioritaires de son projet médical de territoire.
Après la mise en place de nouvelles instances, le Groupement hospitalier de territoire des Bouches-du-Rhône (GHT 13) a réuni lundi 30 janvier 2017, son Comité stratégique pour déterminer les 8 filières prioritaires de son projet médical de territoire. 
Neuro-vasculaire, Cardiologie interventionnelle, Orthopédie – traumatologie, Psychiatrie, Urgences, Pharmacie, Imagerie, Biologie: tel a été le choix entériné. La décision s’est appuyée à la fois sur des priorités nationales, régionales et sur les besoins exprimés par les établissements membres après une large concertation et un travail de diagnostic des forces et faiblesses du groupement. 
Cinq autres filières prévues dans le projet médical
Ces 8 filières priorisées vont permettre de décliner le " projet médical partagé " qui sera présenté le 1er juillet 2017 conformément au calendrier imposé par la loi. L’enjeu étant de mieux organiser les prises en charge sur le territoire et de proposer un projet médical en adéquation aux besoins de la population. Une fois cette étape franchie, cinq autres filières cliniques intégreront le projet médical partagé : la Cancérologie, le Digestif, la Gériatrie, la Gynécologie et la Pédiatrie.
Le Collège médical et la Commissions des Soins sont en place
Depuis sa constitution le 1er Juillet 2016, 4 comités stratégiques se sont réunis, associant les chefs d’établissement, présidents de CME et directeurs des soins, dérouler la mise en place des instances du GHT 13 et structurer sa gouvernance.  Le Collège médical a été ainsi installé, présidé par le Pr Dominique Rossi, Président de la CME de l’AP-HM avec comme vice-président, le Dr Serge Yvorra, Président de la CME du Centre Hospitalier de Martigues. Régine Rostaing, présidente de la Commission des Soins de Rééducation et Médico Techniques du CHS de Montperrin, prend quant à elle la tête de la Commission des Soins.
La structuration des fonctions dites support avance également avec la désignation d’un médecin responsable du Département d’Information médicale de territoire par l’AP-HM en tant qu’établissement support, sur proposition du président du collège médical. C’est le Dr Bernard Garrigues, président de la CME du Centre Intercommunal d’Aix-pertuis qui a été désigné.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.