« Bouge ton corps à tout âge ! » Quand le mouvement défie le temps

Les interludes dynamiques proposés tous les 15 jours par l'équipe d'animation des Unités de Soin Longue Durée (USLD) sont nés d'un constat simple : les résidants des hôpitaux de St Stanislas et de St Julien ne faisaient pas assez d'activité physique ! Et c'est bien connu : l'immobilisme rouille, met de mauvais poil et isole. C'est sur cette base que des cours de gymnastique douce adapté à l'âge et à l'état de santé du public on été mis en place depuis plusieurs mois pour la plus grande joie des participants volontaires.

Les interludes dynamiques proposés tous les 15 jours par l’équipe d’animation des Unités de Soin Longue Durée (USLD) sont nés d’un constat simple : les résidants des hôpitaux de St Stanislas et de St Julien ne faisaient pas assez d’activité physique ! Et c’est bien connu : l’immobilisme rouille, met de mauvais poil et isole. C’est sur cette base que des cours de gymnastique douce adapté à l’âge et à l’état de santé du public on été mis en place depuis plusieurs mois pour la plus grande joie des participants volontaires.

Avec les conseils d’une kinésithérapeute, l’animateur coache une séance de 90 minutes de gymnastique douce depuis bientôt deux ans. Le groupe rassemble 8 à 12 résidants maximum encadrés par deux soignants : ASH ou aide soignante.

Activités corporelles, logique d’accompagnement, l’entrainement physique de la personne âgée poursuit plusieurs objectifs
Faire bouger les personnes âgées : jeux de balle au pied ou à la main…
Faire prendre conscience de son corps : taper dans les mains, tenir son poignet, son coude…
Faire travailler la coordination des mouvements à travers des instruments simples et attractifs : les bâtons de pluie, les cerceaux, les maracas…
Favoriser la relaxation

Chronomètre déclenché, Stéphane Briot, lance le coup d’envoi de la séance. Les résidants attentifs aux consignes, ne ménagent pas leurs efforts pour exécuter des mouvements simples mais essentiels à une bonne coordination des corps engourdis par les années ou la maladie.
Pourtant, peu à peu, une nouvelle attitude collective émerge au sein du groupe. D’abord perceptible par des gestes un peu plus spontanés, puis par des sourires de plus en plus largement dessinés sur les visages, le moment est venu du défoulement ! Installés en rond, les membres du groupe se passent le ballon d’abord de main en main puis rapidement de pied en pied pour finir en partie de football endiablée !

S’en suit une nécessaire pose de relaxation : une grande toile parachute multicolore est fermement tendue à bout de bras par les sportifs qui doivent en rythme reproduire le mouvement des vagues sans faire tomber les grosses balles jaunes comme des soleils disposés sont disposées au centre.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.