BPCO : un forfait innovation accordé au CHUGA dans le cadre d’un essai clinique international

Le CHUGA a remporté un Forfait Innovation pour l'étude AIRFLOW-3 portant sur l'évaluation d'un nouveau traitement des complications de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Cette victoire a été remportée par le professeur Bruno Degano, pneumologue au CHUGA, au terme d’une procédure hautement sélective.
Le CHUGA a remporté un Forfait Innovation pour l’étude AIRFLOW-3 portant sur l’évaluation d’un nouveau traitement des complications de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Cette victoire a été remportée par le professeur Bruno Degano, pneumologue au CHUGA, au terme d’une procédure hautement sélective. La première intervention française dans le cadre de cette étude s’est déroulée ce Jeudi 26 septembre 2019, au CHU Grenoble Alpes. D’autres interventions sont prévues dans les semaines à venir.
"Toux, expectoration, dyspnée" sont les complications les plus fréquentes de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Cette maladie évolutive est l’une des principales causes de mortalité dans le monde. Provoquée par le tabagisme, la BPCO touche près de 20 % des fumeurs français de plus de 40 ans. L’aggravation des symptômes représente une source majeure de morbidité voire de de mortalité et altèrent, parfois de façon durable, la qualité de vie et les capacités d’exercice. Par ailleurs les traitements génèrent d’importantes dépenses de santé en raison des hospitalisations induites.
Or, il existe un besoin thérapeutique non couvert pour les patients atteints de BPCO qui continuent à présenter des exacerbations malgré une prise en charge optimale. Pour les traiter, une nouvelle thérapeutique de dénervation pulmonaire fait l’objet d’une recherche. L’étude multicentrique AIRFLOW-3 (étude randomisée en double aveugle) vise à vérifier l’hypothèse d’une diminution des exacerbations de BPCO après dénervation pulmonaire. AIRFLOW-3 prévoit d’inclure 400 patients dans le monde, dont 80 en France. Cette étude, coordonnée en France par le CHU Grenoble Alpes, sera réalisée au côté de 7 autres CHU français.
La dénervation pulmonaire, un traitement prometteur
Selon les termes du Ministère des Solidarités et de la Santé, le Forfait Innovation est un pari « éclairé » sur une innovation à fort potentiel pour laquelle la collectivité est prête à engager une approche du type « payer pour voir » au lieu de celle de droit commun « voir pour payer ». Le financement par le Forfait Innovation permettra entre autres de continuer à proposer la dénervation pulmonaire aux patients français éligibles même lorsque les inclusions dans AIRFLOW-3 seront terminées.
L’obtention de ce Forfait Innovation et la mise en place des phases successives de cette étude, récompensent un travail pluridisciplinaire conduit au sein du CHUGA depuis de nombreuses années entre les services de pneumologie et de pneumologie interventionnelle, la pharmacie, le laboratoire d’anatomie des Alpes françaises, la Direction de la Recherche en Santé et à l’Innovation…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.