Brahim Bouselmi devient directeur du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie

Brahim Bouselmi a été désigné Directeur du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie (CNSPFV).

Brahim Bouselmi a été désigné Directeur du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie (CNSPFV).
Soignant de formation, Brahim Bouselmi a débuté sa carrière à l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris avant de diriger des services de soins, puis plusieurs établissements de santé (MCO, EHPAD et CSAPA) en Ile-de-France. De 2014 à 2016, il a assuré la Direction des centres de santé et de planning familial à Saint-Denis (93).
Diplômé entre autres du CNAM et de Sciences-Po Paris, Brahim Bouselmi a ensuite dirigé au sein de l’Agence Régionale de Santé (ARS) Ile-de-France le département « Prévention et promotion de la santé » de la Délégation départementale du Val-de-Marne – ainsi que des services en charge des personnes en difficultés spécifiques et des soins de psychiatrie – avant de lancer la préfiguration de la plateforme régionale pour la santé des détenus (GHT Grand Paris Nord-Est).

Au service de la lutte contre les inégalités en santé

Brahim Bouselmi a toujours souhaité mettre ses compétences en matière de santé publique et de management des organisations sanitaires et sociales au service de la réduction des inégalités sociales et territoriales.
« J’ai toujours eu à cœur d’accompagner des démarches visant à améliorer la santé de publics qui ne bénéficient pas du même accès aux soins que la majorité de la population, à travers la conduite de programmes spécifiques ou le lancement d’actions ciblées en matière de recherche, de dépistage et d’information. En ce qui concerne les soins palliatifs et la fin de vie, l’enjeu est un peu différent car toutes les familles y sont confrontées : nous devons développer encore et toujours l’information sur les dispositifs existants, être vigilants pour que les droits des citoyens s’appliquent partout et pour tout le monde de la même façon, échanger avec les professionnels de santé confrontés à la fin de vie au quotidien, continuer à écouter les proches et les familles, etc. Je suis honoré de la confiance qui m’a été accordée pour diriger le CNSPFV et contribuer ainsi à améliorer les conditions de prise en charge des soins palliatifs et de la fin de vie en France », a déclaré Brahim Bouselmi.
Au-delà de la rencontre avec l’ensemble des acteurs impliqués dans ce domaine, Brahim Bouselmi s’attachera au cours des prochains mois à renforcer les actions mises en place en matière d’information, de collecte de données et de suivi des politiques publiques, en vue du renouvellement du Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie en 2021.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.