Brest appelle aux dons pour soutenir la recherche régionale

Avec la création du fonds de dotation INNOVEO, le CHRU de Brest lance une campagne de dons pour soutenir les équipes de recherche régionales en pédiatrie, médecine de précision et maladies cardiovasculaires.
Avec la création du fonds de dotation INNOVEO, le CHRU de Brest lance une campagne de dons pour soutenir les équipes de recherche régionales en pédiatrie, médecine de précision et maladies cardiovasculaires
"Soutenez la recherche en santé de votre région", tel est le mot d’ordre de la campagne d’INNOVEO, le fonds de dotation lancé par le CHRU de Brest, en novembre 2016. Son objectif : permettre aux particuliers, aux entreprises et aux associations de soutenir et de financer l’excellence territoriale en recherche, en santé et dans le domaine de l’enseignement
3 axes ont été retenus pour cette première campagne de dons : l’enfant, la médecine de précision, la pathologie cardiovasculaire. Celle-ci est animée par une série de messages incitant à donner pour que "tous les enfants marchent", "la prévention des fausses couches", "la recherche contre la mucoviscidose", "mieux prévenir l’embolie pulmonaire", "une chirurgie de précision", "soutenir les grands prématurés". 
Un système de don inédit en France
La campagne, déjà en place au sein du CHRU, se déploie, entre le 21 et le 28 novembre 2016, dans l’espace urbain de la ville de Brest à travers le réseau Clearchannel ainsi qu’à l’extérieur des bus. Elle sera menée dans un second temps à l’intérieur des bus entre le 9 et le 18 décembre. 
En pratique, les dons peuvent se faire soit via un papier, soit directement en ligne sur le site www.fonds-innoveo.bzh. Chaque donateur bénéficiera d’actions de reconnaissance en fonction du montant du don : participation à un événement du CHRU, mention du nom, lettre de remerciement, etc. Le CHRU propose également un système de dons inédit, du jamais vu dans les CHRU en France : deux bornes de paiement sans contact sont installées dans les halls de l’hôpital Morvan et de l’hôpital de la Cavale blanche. Le principe est simple : 1 don = 2 €.
7 projets candidats pour 2017
L’ensemble des dons récoltés alimenteront les 7 projets retenus pour 2017. Deux d’entre eux (DMD et Equin dynamique), menés au sein du département Handicap Moteur de l’Enfant, sous la direction du Pr Sylvain Brochard, portent sur la prévention de la perte de la marche chez les enfants atteints de paralysie cérébrale ou d’une dégénérescence progressive des muscles (telle que dans la myopathie de Duchenne). Ils réclament respectivement des budgets de 141 000 et 488 600 euros.
Le projet DynaHip, initié par le département Médecine de précision sous la direction du Pr Stindel, attend un financement de 230 000 euros pour créer une nouvelle génération de systèmes d’aide à la pose de prothèses totales de hanche (PTH).
Le pôle Femme, Mère et enfant du CHU espère quant à lui recueillir 37 400 euros pour le projet IBAIP mené par le Pr Sizun et destiné à mesurer l’impact d’une intervention précoce systématique sur le développement psychomoteur des grands prématurés. Un autre, budgété à 666 300 euros et dirigé par le Pr Pasquier, vise à évaluer, dans le cadre d’un essai clinique, l’efficacité de Hydroxy chloroquine en traitement préventif chez les femmes ayant souffert de fausses couches spontanées répétées (FCSR). 
Dans le domaine de la génétique, dans le cadre de la recherche sur la mucoviscidose, l’équipe du Pr Ferec travaille au développement d’une biobanque de données des patients dont le coût est estimé à 250 000 euros.
Le dernier projet candidat au financement concerne la rénovation du site hospitalier de Morvan qui accueille 500 000 personnes par an parmi lesquels des enfants atteints de cancer. L’enveloppe nécessaire pour ce chantier de modernisation est de 250 000 euros. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.