Brest ou la dynamique des coopérations inter hospitalières

Trois ans après la fusion avec Carhaix et le lancement des premières coopérations interhospitalières, le CHRU de Brest dresse un bilan positif de la réorganisation de l’offre de soins sur l’Ouest de la Bretagne. Contrairement aux appréhensions du départ, l’intervention du CHRU de Brest a permis de sauver les zones menacées de désertification médicale. Grâce à de multiples partenariats, à l'activité partagée d'une soixantaine de praticiens, à la création d’équipes médicales de territoire et bientôt de pôles de territoire, les populations, même les plus isolées, bénéficient d’un renforcement de l’offre de soins de proximité.

Trois ans après la fusion avec Carhaix et le lancement des premières coopérations interhospitalières, le CHRU de Brest dresse un bilan positif de la réorganisation de l’offre de soins sur l’Ouest de la Bretagne. Contrairement aux appréhensions du départ, l’intervention du CHRU de Brest  a permis de sauver les zones menacées de désertification médicale. Grâce à de multiples partenariats, à l’activité partagée d’une soixantaine de praticiens, à la création d’équipes médicales de territoire et bientôt de pôles de territoire, les populations, même les plus isolées, bénéficient d’un renforcement de l’offre de soins de proximité. Les premières observations montrent que cette politique, sans supprimer tous les problèmes, répond avec efficacité aux difficultés de recrutement médical. Et nombreux sont les praticiens qui trouvent un réel intérêt professionnel à rejoindre les équipes de territoire où ils peuvent allier activités de recours et de proximité 
 
La création le 3 février 2012 de la Communauté Hospitalière de territoire du Nord Finistère a formalisé l’appui apporté par le CHRU de Brest aux centres hospitaliers de Crozon, Landerneau, Lanmeur, Lesneven, Morlaix, Saint-Renan.
Les atouts de la formule : permanence des soins, lisibilité des filières, garanties de sécurité, réalisation d’économies. Ainsi, l’ensemble des activités des sites de proximité ont été maintenues dans des conditions de sécurité renforcées (recrutements de praticiens, protocoles communs).  Les malades sont inscrits dans des filières de soins graduées spontanément mises en place entre Brest, Carhaix, Landerneau et Morlaix, du fait d’une meilleure connaissance réciproque des équipes et de leurs activités.
De plus, le recours à l’intérim a diminué. Ainsi, sur le site de Carhaix (fusion avec CHU de Brest en juillet 2009), plus de 16 praticiens ont été recrutés, permettant la poursuite des  activités et la présence en proximité de disciplines jusqu’alors absentes, la sécurisation d’ensemble. 
 
Sur le Centre Hospitalier de Landerneau (en direction commune avec le CHRU de Brest depuis septembre 2010), les prises en charge se pérennisent en imagerie, biologie, gynécologie, médecine interne. Au-delà de la CHT, les organisations territoriales partagées se développent également entre l’Hôpital d’Instruction des Armées Clermont-Tonnerre de Brest et les hôpitaux de service public, entre le CHRU de Brest et le CHIC de Quimper avec des partenaires libéraux.  Grâce à ces une permanence d’imagerie médicale par transmission numérisée pour l’ensemble du Nord Finistère est assurée par une équipe médicale de garde commune, et des projets de médecine nucléaire de proximité, et de cancérologie sur l’ensemble du Finistère sont à l’étude. 
 
En collaboration avec l’ANAP et grâce à un soutien constant de la Direction de l’ARS Bretagne, le CHRU et ses partenaires travaillent aujourd’hui sur la création de pôles de territoire en orthopédie-traumatologie, chirurgie orthopédique, gynécologie-obstétrique, chirurgie viscérale et digestive.
 
Cette ouverture s’est traduite de manière très concrète pour le CHRU de Brest par le renforcement de son effectif médical à travers la création de postes pour mise à disposition d’établissements partenaires. Le CHRU de Brest enregistre également un regain de dynamisme médical, mesuré par l’activité, sur tous les sites, comme une conséquence de cette politique volontariste qui consiste à allier service public à l’échelle d’un territoire et non plus d’un site et développement des activités de recours, de recherche, d’expertise.

Aujourd’hui, 43 praticiens du CHRU exercent en activité partagée sur le territoire, 16 praticiens brestois, hospitaliers et hospitalo-universitaires, assurent des consultations avancées à Carhaix. Les mises à disposition de praticiens, qui traduisent cette action territoriale, ont été multipliées par 2 en 3 ans  passant de 7.08 ETP en 2009 à 17.21 ETP en 2012.

Enfin, effet collatéral, le maintien de l’offre hospitalière soutient l’offre de soins ambulatoire :
– à l’hôpital local de Crozon, l’installation d’imagerie numérisée reliée au CHRU de Brest est un support important pour les médecins généralistes et une sécurité pour une population géographiquement isolée
– à Carhaix, le site hospitalier permet l’installation d’une Maison Médicale de Garde, fonctionnant en collaboration étroite avec les urgences de l’hôpital. Lieu d’échange, de concertation, de réflexion collective, de décision partagée, la Communauté Hospitalière de Territoire se veut un acteur dynamique de la santé dans le Finistère, en partenariat avec la l’Union Hospitalière de Cornouaille dans le Finistère Sud et les professionnels qui partagent ses objectifs

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.