Budget 2011 : Brest termine en équilibre

Bénéficiant de l’effet conjugué d’une hausse d’activité notamment des séances (+11%), des consultations et actes externes (+8%), d’une amélioration du codage et de la facturation générant 1,8 million de recettes en particulier sur les pôles neurolocomoteur et organe des sens et d’un soutien de 3,1 million de l’Agence régionale de santé Bretagne accordé aux titres du contrat de retour à l’équilibre, de la fusion avec Carhaix et des surcoûts liés au maintien des urgences sur ce site, le CHRU de Brest a terminé l’exercice 2011 en équilibre

Bénéficiant de l’effet conjugué d’une hausse d’activité notamment des séances (+11%), des consultations et actes externes (+8%), d’une amélioration du codage et de la facturation générant 1,8 million de recettes en particulier sur les pôles neurolocomoteur et organe des sens et d’un soutien de 3,1 million de l’Agence régionale de santé Bretagne accordé aux titres du contrat de retour à l’équilibre, de la fusion avec Carhaix et des surcoûts liés au maintien des urgences sur ce site, le CHRU de Brest a terminé l’exercice 2011 en équilibre sur un budget de 450 millions d’euros. Un résultat positif d’autant plus méritoire qu’il a été atteint en période de tension sur les dépenses de santé et malgré une échelle de tarifs défavorables.

 « Ce retour à l’équilibre de nos comptes est le résultat d’un travail collectif ; il doit être consolidé dans le cadre du contrat de retour à l’équilibre qui engage encore le CHRU pour les deux années à venir. Et, même si la situation reste encore fragile et doit être stabilisée, nous disposons désormais d’une meilleure marge qui nous permet de répondre plus facilement aux professionnels et de soutenir leurs projets. » commente avec satisfaction Bernard Dupont, Directeur Général du CHRU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.