Budget, activité, investissements, la dynamique vertueuse du CHRU de Lille

Activité en hausse dont + 11% aux urgences, soins adaptés aux personnes obèses, souffrant d'un cancer ou de problèmes neurologiques, recherche en plein essor avec 9 PHRC, 20 projet DGOS. Le tout sur fonds de programmes d'investissement ambitieux : 77 millions d'euros en 2014. Et un déficit limité à 0, 25% du budget ; le CHRU de Lille a tenu et même dépassé ses objectifs !.

Activité en hausse dont + 11% aux urgences, soins adaptés aux personnes obèses, souffrant d’un cancer, recherche en plein essor avec 9 PHRC, 20 projet DGOS. Le tout sur fonds de programmes d’investissement ambitieux : 77 millions d’euros en 2014. Et un déficit limité à 0, 25% du budget ! Le CHRU de Lille dépasse ses objectifs.

En 2014 le CHRU de Lille a dépassé les objectifs de son programme d’actions Horizon 2020
Son activité est en progression de 3% : 1,7% pour les séjours de plus d’une nuit, de 4,2% pour les séjours de zéro nuit et une évolution forte des consultations et actes externes de 7 %. La croissance d’activité a concerné toutes les activités et notamment celle des urgences qui a été elle aussi soutenue à +11% avec 89 700 passages. Davantage de greffes aussi en 2014 avec la réalisation de 252 greffes (foie, rein et coeur) dont 67 greffes de foie et 170 greffes de rein,
L’année 2014 a été riche en projets avec la création d’une unité médico-chirurgicale de prises en charge des patients obèses, la mise en oeuvre d’un parcours global pour les patients porteur de cancers urologiques et digestifs,  le développement du traitement de la neurochirurgie crânienne des cancers et des pathologies rachidiennes et l’implantation d’une IRM peropératoire.

Le même dynamisme caractérise les activités de recherche puisque l’établissement a porté la labellisation de 4 projets fédératifs hospitalo-universitaires (FHU) et obtenu du Ministère de la Santé :
la labellisation du CLIP (centre d’essais cliniques de phase précoce en cancérologie adulte/pédiatrique) ;
9 programmes de recherche (PHRC) dont il sera promoteur et verra en 2015 le déploiement de 20 projets retenus par la DGOS qui ont fait l’objet d’une première tranche de financement.

Sur le plan des investissements 2014 a été comme l’année précédente une année très soutenue avec des dépenses de 77 millions d’euros dont 37 millions d’euros pour les travaux parmi eux : le chantier de l’Institut Coeur – Poumon (15 millions d’euros), la poursuite de la restructuration des urgences (7,2 millions d’euros) sur un total de 170 millions d’euros et l’installation d’un plateau commun avec l’Etablissement Français du Sang (1 million d’euros).
Ces résultats de 2014 s’inscrivent dans la trajectoire définie avec l’Agence Régionale de Santé et témoignent de l’engagement de la communauté hospitalière lilloise qui soutiendra, courant 2015, le projet de réunification, sur son campus, des activités pédiatriques au sein de l’hôpital Jeanne de Flandre.

Jean-Olivier Arnaud, Directeur Général, a présenté jeudi 19 février au Conseil de Surveillance le bilan de l’année 2014. Le déficit est ramené à 2,9 millions d’euros pour un budget consolidé de 1 milliard 160 millions d’euros, soit 0,25%. Au total, ces résultats confirment ceux contractualisés avec l’Agence Régionale de Santé le 7 janvier 2014 dans le cadre du programme d’actions Horizon 2020 qui vise progressivement sur 7 ans à faire évoluer le taux de marge brute du CHRU de Lille à 8 % conformément à la montée en charge de son plan d’investissement de 610 millions d’euros comprenant notamment la construction du nouvel Hôpital Institut Coeur – Poumon.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.