Budget : respect des objectifs mais une légère dégradation

Lyon termine son exercice 2014 avec une légère dégradation de son compte de résultat principal en déficit de à 22M€ contre 17M€ en 2013. Des résultats cependant supérieurs de 2 millions d'euros aux prévisions. Quant à la dette, elle a diminué de 13 millions d'euros.

Lyon termine son exercice 2014 avec une légère dégradation de son compte de résultat principal* en déficit de à 22M€ contre 17M€ en 2013. Des résultats cependant supérieurs de 2 millions d’euros aux prévisions. Quant à la dette, elle a diminué de 13 millions d’euros.
Engagé depuis près de 6 ans dans un effort sans précédent de redressement de sa situation financière, le deuxième CHU de France a donné la priorité au désendettement. Dans le même temps, l’hôpital conduisait une politique d’investissement ambitieuse d’un montant de 97 M€ en 2014 (contre 83 M€ en 2013) ! il a mené de front deux projets majeurs, la rénovation de l’hôpital Edouard Herriot et la mise en sécurité de l’hôpital Louis Pradel. En 2014, les Hospices Civils de Lyon ont aussi achevé la réorganisation des fonctions logistiques avec notamment l’ouverture d’une nouvelle blanchisserie. Enfin, de nouvelles organisations ont été déployées comme la chirurgie ambulatoire qui continue sa progression, à un rythme 5 fois plus rapide que le reste de la chirurgie.
« Dans un contexte particulièrement difficile, reflet de la situation nationale et des contraintes qui pèsent sur les comptes de la santé, les HCL ont réussi à tenir leurs objectifs budgétaires. Je tiens à remercier l’ensemble des personnels médecins, soignants, personnels techniques et administratifs pour leur mobilisation. Les HCL sont naturellement déterminés à poursuivre leurs efforts vers le retour à l’équilibre financier, d’autant que le contexte 2015 s’annonce encore plus contraint que celui de 2014.» a déclaré Dominique Deroubaix, Directeur Général des Hospices Civils de Lyon.
Dans son communiqué, la direction confirme le redressement financier engagé depuis 2009 et précise que le compte de résultat consolidé (qui comprend les activités dites « annexes » : écoles de formation, établissements pour personnes âgées dépendantes, unités de soins de longue durée et gestion immobilière) dégage un déficit de 3 M€ après cession d’actifs pour un montant de 14 M€.
La marge brute atteint 4.4% (hors aides de l’ARS), conformément à l’Etat prévisionnel des recettes et des dépenses approuvé. Elle accuse un retrait par rapport à 2013 (5.6%). La capacité d’autofinancement qui représente 65 M€ (84 M€ en 2013), est en légère progression par rapport aux projections. Enfin, l’endettement s’est réduit à 881 M€ contre 894 M€ en 2013, conformément à l’objectif du contrat de retour à l’équilibre financier.
*Le budget principal concerne l’activité hospitalière. Le budget consolidé comprend, en sus, les activités dites « annexes » : écoles de formation, établissements pour personnes âgées dépendantes, unités de soins de longue durée et gestion immobilière.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.