Caen : l’hôpital universitaire de demain

Promouvoir les prises en charge ambulatoires, proposer un hôpital performant et digital, fluidifier les parcours patients et améliorer le confort et l’accueil sont les fondements du futur CHU de Caen, programmé pour 2026. Dans un communiqué, en date du 16 décembre 2016, le CHU de Caen se réjouit de la confirmation officielle par Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, d'une décision prise voici 6 ans par Roselyne Bachelot, alors Ministre de la santé et des sports : le CHU de Caen sera bel et bien reconstruit pour un budget de près de 500 M€. Situé sur le site actuel du CHU en contiguïté avec le Bâtiment Sud qui sera intégré au projet, le futur CHU proposera 1 049 lits et places
Promouvoir les prises en charge ambulatoires, proposer un hôpital performant et digital, fluidifier les parcours patients et améliorer le confort et l’accueil sont les fondements du futur CHU de Caen, programmé pour 2026. Dans un communiqué, en date du 16 décembre 2016, le CHU de Caen se réjouit de la confirmation officielle par Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, d’une décision prise voici 6 ans par Roselyne Bachelot, alors Ministre de la santé et des sports : le CHU de Caen sera bel et bien reconstruit pour un budget de près de 500 M€. Situé sur le site actuel du CHU en contiguïté avec le Bâtiment Sud qui sera intégré au projet, le futur CHU proposera 1 049 lits et places en médecine, chirurgie et obstétrique – MCO contre 1 239 aujourd’hui. Il apportera aux patients de Normandie occidentale une offre de soins moderne dans un confort optimal.
Prochaine étape : 2017 lancement du concours d’architecture
Le nouveau CHU esquissé
Le nouveau CHU s’appuiera sur trois piliers essentiels 
–  un plateau médico-technique moderne regroupant toutes les activités chirurgicales, interventionnelles, endoscopiques et d’imagerie, qui devra pouvoir évoluer dans le temps et intégrer les changements technologiques à venir.
35 salles de bloc (22 salles chirurgicales, 9 salles d’interventionnel et 4 salles d’endoscopie), 26 salles d’imagerie (dont 4 scanners, 4 IRM, 2 gammas, 2 Tep-scan)
Par ailleurs, le CHU exploitera pleinement les 8 salles d’activités chirurgicales actuelles du bâtiment Sud.
–  un secteur urgences et soins critiques performant et regroupé, à proximité immédiate de l’imagerie et du bloc opératoire.
–   un plateau d’ambulatoire (consultations externes et hospitalisations) rassemblé et structuré, en lien direct avec le plateau médico-technique et les explorations fonctionnelles, avec une capacité de 207 places (contre 160 aujourd’hui). 
Le CHU sera numérique
Toutes les informations nécessaires aux professionnels, quelle que soient les fonctions assurées, devront être portées par le système d’information du nouvel établissement.
Le numérique participera également à renforcer le maillage des établissements de santé et de la médecine de ville en ouvrant l’hôpital et en permettant un meilleur échange des informations garantissant l’interactivité et la continuité
hôpital / domicile (téléconsultation, télésurveillance, accès au dossier médical de leurs patients…)
De même, les patients bénéficieront via le numérique de prestations et services tout au long de leur prise en charge (pré-admission du domicile, chambre connectée, signalétique interactive…) 
La vocation d’enseignement et de recherche affirmée
Lieu de formation initiale et continue, le futur CHU intégrera des espaces et des outils dédiés. Ainsi, l’ensemble des salles d’enseignement seront équipées de moyens de télémédecine et de visioconférence. NorSims, le laboratoire de simulation en santé, développé par le CHU et l’Université de Caen Normandie, fera aussi l’objet de surfaces dédiées.
Laboratoire de la médecine de demain, le CHU regroupera l’IRM et le Tep-Scan de Cyceron et le Pôle Biologie des équipes de recherche labellisées sur son plateau technique. Soit au total 2 320 m2  consacrés aux activités de biologie et 1 900 m2 à la recherche clinique (Délégation à la recherche clinique, Centre de Recherche Clinique…)
Un CHU économe : des coûts maîtrisés
Le nouveau CHU est pensé et conçu pour faciliter la maîtrise totale des charges d’exploitation et diminuer les dépenses des fonctions supports. Toute la structure technique de l’immeuble sera conçue pour minimiser et maîtriser les coûts d’exploitation notamment sur le plan des consommations énergétiques. Les choix réalisés en termes de Haute Qualité Environnementale (HQE) et de Building information modeling (BIM) exploitation constitueront des leviers pour y parvenir.
Un pilotage rigoureux et participatif
Le pilotage du Projet choisi par le CHU répond à une double préoccupation : la maîtrise d’un projet collectif ainsi que la préparation des organisations à l’ouverture du nouveau CHU et la garantie de sa cohérence avec les enjeux institutionnels, dans un contexte de poursuite des efforts d’amélioration de la situation financière.
Une méthodologie participative et ouverte à près de 300 professionnels du CHU : médicaux, soignants, techniques et logistiques… a ainsi été initiée, chargée de définir les grands principes d’organisation et de fonctionnement du nouveau
CHU. Le management opérationnel est assuré par une Equipe projet pluri-professionnelle, la régulation est effectuée par un Comité de synthèse et la prise de décision est assurée par la Direction générale et la Présidence de CME.
Le futur CHU en chiffres
1 049 lits et places de MCO (Médecine – Chirurgie – Obstétrique)
(= 797 lits et places reconstruits + 206 lits et places du Bâtiment Sud + 46 lits et places du Centre Universitaire des Maladies Rénales) dont :
207 places en hôpital de Jour
645 lits en hospitalisation complète et hospitalisation de semaine
197 lits de soins critiques.
18 unités d’hospitalisation conventionnelle
5 unités d’hospitalisation de jour
7 unités de soins critiques
Un plateau technique dimensionné à hauteur de (salles reconstruites + salles du Bâtiment Sud):
30 salles d’activité chirurgicale
9 salles d’interventionnel
4 salles d’endoscopie
111 450 m² : Superficie totale
86 000m² : Bâtiment principal : 
20 700m² : Biologie-Logistique-Pharmacie-Chaufferie :
 4 700m² : Administration 
Un coût de reconstruction estimé à hauteur de 502M€ TTC (hors coût de déconstruction de la Tour évalué à 104M TTC)
Un calendrier qui s’échelonne sur 10 ans
16 décembre 2016 : DECISION MINISTERIELLE
2017 : lancement du concours pour choisir un cabinet d’architecture et sélection d’une équipe
2018 – 2020 : Etudes de conception – Plans
2019 – 2025 : Travaux
Une réalisation en deux grandes phases 
1- La construction préalable de la biologie, de la pharmacie, de la logistique et de la chaufferie. Ce phasage en 2 étapes permettra de disposer au plus tôt de plateformes médico-techniques performantes, avec un retour sur investissement participant à l’amélioration de la situation financière de l’établissement
2- Réalisation du bâtiment de soins principal, puis de l’administration dans un 2nd temps
2021 : Livraison des 1ers bâtiments et transfert des plateformes médico-techniques
2026 : Ouverture

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.