Campagne diabète enfant adolescent : le CHRU de Besançon se mobilise

Le 14 novembre, Journée mondiale du diabète, verra aussi le lancement de la campagne nationale « Diabète Enfant et Adolescent ». Soutenue par l'Aide aux Jeunes Diabétiques (AJD), cette campagne sera relayée à Besançon et dans toute la Franche-Comté par l'équipe de Diabétologie pédiatrique du CHRU et Dia'tonic, l'association des parents d'enfants diabétiques de Franche-Comté. Son but : informer et sensibiliser les professionnels de santé et de l'enfance, les parents, le grand public aux signes avant-coureurs du diabète chez l'enfants et l'adolescent afin qu'un diagnostic précoce évite l'acidocétose.

Le 14 novembre, Journée mondiale du diabète, verra aussi le lancement de la campagne nationale « Diabète Enfant et Adolescent ». Soutenue par l’Aide aux Jeunes Diabétiques (AJD), cette campagne sera relayée à Besançon et dans toute la Franche-Comté par l’équipe de Diabétologie pédiatrique du CHRU et Dia’tonic, l’association des parents d’enfants diabétiques de Franche-Comté.
Son but : informer et sensibiliser les professionnels de santé et de l’enfance, les parents, le grand public aux signes avant-coureurs du diabète chez l’enfants et l’adolescent afin qu’un diagnostic précoce évite l’acidocétose.

Aujourd’hui, 1 500 cas de diabète se déclarent chaque année chez les enfants et les adolescents en France. Lorsque l’on sait que 40 % d’entre eux arrivent dans un état grave à l’hôpital du fait d’un diagnostic retardé, il importe d’en reconnaître les signes : l’enfant urine fréquemment, recommence à faire pipi au lit et a très soif.
Il est alors nécessaire de consulter rapidement son médecin qui fera, au cabinet, le jour-même, une bandelette (dans le sang ou dans les urines) et adressera aussitôt l’enfant à l’hôpital, si celle-ci montre la présence de sucre. Ainsi, une détection précoce des premiers symptômes permet de diagnostiquer le diabète avant l’apparition de l’acidocétose. En cas de diagnostic trop tardif, le coma acido cétosique survient avec un risque élevé de complications sérieuses voire vitales.

A Besançon, l’équipe de Diabétologie pédiatrique a souhaité organiser, avec ses partenaires, plusieurs manifestations :
– L’accueil, à partir du 8 novembre, de l’exposition « Voyage en glucosie ». Cette expo-photo retrace magnifiquement le voyage autour du monde de Delphine Arduini, jeune diabétique de type 1. Elle sera installée dans la salle d’attente des consultations de pédiatrie externe de l’hôpital Saint-Jacques pendant 3 semaines ;

– Une large campagne d’affichage pour la prévention de l’acidocétose : le CHRU mais aussi les pharmacies, les écoles et autre lieux d’accueil du jeune public, se feront le relais, en collaboration avec la ville de Besançon, de la campagne nationale ;

– Une après-midi festive d’information et de sensibilisation : le samedi 13 novembre au Centre Diocésain de Besançon, Delphine Arduini présentera ses 350 jours de vadrouille avec son diabète aux enfants et adolescents diabétiques, à leurs proches ainsi qu’au grand public. S’ensuivront une improvisation théâtrale, une conférence du Dr Anne-Marie Bertrand qui présentera la campagne nationale puis un défilé vers l’hôtel de ville tout de bleu illuminé où cette journée s’achèvera en musique .

« Parce qu’il est impensable qu’un enfant ou un adolescent se retrouve dans un état de santé grave, par non connaissance des signes de la maladie ou de l’urgence à être pris en charge »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.