L'organisation, représentative des patients et usagers du système de santé a exprimé plusieurs craintes concernant la campagne vaccinale. Entre le risque d’une reprise de l’épidémie et l’arrivée de variants plus contagieux, l’association considère qu’une nouvelle stratégie est nécessaire, plus simple et plus juste.

L’organisation, représentative des patients et usagers du système de santé a exprimé plusieurs craintes concernant la campagne vaccinale. Entre le risque d’une reprise de l’épidémie et l’arrivée de variants plus contagieux, l’association considère qu’une nouvelle stratégie est nécessaire, plus simple et plus juste.
Alors que la stratégie de la campagne vaccinale semble trouver ses marques, «Après le brouillon, la copie pour de bon?», se questionne France Assos Santé.La campagne actuelle se concentrait sur les patients âgés de 75 ans et plus, étant les plus «à haut risque». Désormais, les patients considérés comme les plus fragiles, peuvent se faire vacciner, quel que soit leur âge. Une décision saluée par France Assos Santé.
850 000 personnes sont concernées, une sélection établie sur des bases scientifiques, puisque ce nombre ne représente pas l’ensemble des patients chroniques. Une décision «raisonnable et responsable», estime l’association car elle permet de prendre en compte les approvisionnements de vaccins et le potentiel risque de pénurie.
La logistique a été adaptée en conséquence: ouverture de près de 700 centres de vaccination et déploiement d’unités mobiles pour les personnes isolées. France Assos Santé relance son appel auprès des infirmiers et pharmaciens, l’organisation estime que «toutes les forces vives» doivent être mobilisées pour assurer la «couverture vaccinale la plus large».
De son côté, l’association a également déployé ses représentants sur tout le territoire afin d’accompagner le processus et mieux repérer et signaler les potentiels obstacles et difficultés des dispositifs. Pour France Assos Santé, cette «bataille engagée contre la Covid-19» ne peut être remportée qu’avec la responsabilité de tous.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.