Cancer : 10 ans d’approche personnalisée à travers le dispositif d’annonce et les soins de supports

Cela fait 10 ans que le CHU de Tours a mis sur pied un dispositif d’annonce et un accès aux soins de support aux patients souffrant d’un cancer. Le CHU respecte en cela les mesures 40 et 42 du 1er Plan Cancer 2003 – 2007 et va même au-delà afin d’entourer au mieux les personnes affaiblies par la maladie. Il propose notamment l'intervention de psychologues, diététiciennes, assistantes sociales et même socio-esthéticienne, d'art thérapeute et un programme de méditation de pleine conscience... Pour marquer cet anniversaire et revenir sur les avancées en matière de soins personnalisés, une journée de rencontres avec les professionnels est organisée le jeudi 28 septembre 2017. L’occasion de rappeler combien les attentions qui entourent les soins sont essentielles au bien-être du patient et l’aident à mieux vivre sa maladie au quotidien.
Cela fait 10 ans que le CHU de Tours a mis sur pied un dispositif d’annonce et un accès aux soins de support aux patients souffrant d’un cancer. Le CHU respecte en cela les mesures 40 et 42 du 1er Plan Cancer 2003 – 2007 et va même au-delà afin d’entourer au mieux les personnes affaiblies par la maladie. Il propose notamment l’intervention de psychologues, diététiciennes, assistantes sociales et même socio-esthéticienne, d’art thérapeute et un programme de méditation de pleine conscience… Pour marquer cet anniversaire et revenir sur les avancées en matière de soins personnalisés, une journée de rencontres avec les professionnels est organisée le jeudi 28 septembre 2017. L’occasion de rappeler combien les attentions qui entourent les soins sont essentielles au bien-être du patient et l’aident à mieux vivre sa maladie au quotidien.
Le dispositif d’annonce (mesure 40) : écoute et adaptation du traitement aux contraintes du patient
L’annonce du diagnostic du cancer est vécue par la majorité des patients comme un choc. Aujourd’hui, on sait que les conditions entourant l’annonce ont un impact déterminant sur la réaction du patient, son parcours de soin et l’évolution de ses relations sociales et familiales. Le dispositif d’annonce permet ainsi l’information, le soutien et l’accompagnement du patient et de ses proches. Il s’appuie sur une prise en charge associant les médecins et les personnels paramédicaux. 
Ce dispositif d’annonce comprend : 
– Un temps médical nécessitant une à plusieurs consultations pour l’annonce du diagnostic et de la propo¬sition thérapeutique avec la remise du plan personnalisé de soins (PPS). 
– Un temps paramédical effectué par une infirmière ou une manipulatrice en radiothérapie. Il s’agit d’un entretien intégrant un temps d’information, d’échange pour le patient et son entourage. 
Cette consultation paramédicale permet de présenter le parcours de soin (traitement proposé, effets secon¬daires…), de proposer des conseils pour la vie quotidienne et de repérer des besoins en soins de support, soins pour lesquels le patient sera orienté vers les professionnels concernés. 
– Un temps d’articulation avec la médecine de ville permettant le lien entre l’hôpital et le médecin traitant qui demeure le référent médical tout au long du parcours du patient. 
Les soins de support (mesure 42) 
« Ce sont l’ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes malades, parallèlement aux traite¬ments spécifiques, lorsqu’il y en a, tout au long des maladies graves » (définition de la direction de l’hos¬pitalisation et de l’offre de soins). 
Les soins de support regroupent tous les soins autres que les soins spécifiques apportés au patient atteint d’un cancer, à tous les stades de la maladie. Il s’agit de l’ensemble des traitements symptomatiques qui ont pour but d’améliorer les symptômes liés à la maladie ou aux différents traitements que le patient reçoit. 
Les soins de support ont pour objectif d’améliorer la qualité de vie du malade tant sur les plans physique et psychologique que social et familial. 
Au CHU de Tours, en 2007, le Comité de Coordination de Cancérologie (3C) de l’établissement a mis en place la Coordination des Soins de Support sous la responsabilité du Docteur Isabelle Vannier, secondée par un cadre de santé. L’équipe comprend des psychologues, des diététiciennes, des assistantes sociales. Dans certains services, des pratiques plus spécifiques telles que la socio-esthétique, l’art thérapie, la méditation de pleine conscience (MBSR), la tabacologie, l’addictologie, l’acupuncture, sport et santé ont sont également proposés.
Les 1ers services bénéficiaires de ces consultations ont été les services d’Oncologie médicale, Hématolo¬gie Thérapie Cellulaire, Radiothérapie, Pneumologie, Gynécologie et Gastroentérologie. Depuis 2009, ces consultations ont été étendues aux services d’urologie, d’ORL, de chirurgie digestive et, en 2016, de dermatologie et de chirurgie orthopédique.

Focus sur la méditation de la pleine conscience
Parmi les soins de support proposés aux patients du CHU de Tours, on trouve la méditation de pleine conscience sous la forme du programme MBSR (programme de Réduction du Stress Basé sur la Méditation de pleine conscience) porté par Pascale Nau. La pleine conscience ou mindfulness se définit comme étant le fait de prêter attention de façon délibérée au moment présent sans jugement de valeur. 
Pour initier les patients, un cycle de 8 semaines, à raison d’une rencontre hebdomadaire de 2h30 ou 3h et d’une journée de retraite silencieuse vers la fin de la session leur est proposé. L’objectif est d’acquérir une meilleure compréhension de soi et de ses réactions face à la douleur qu’elle soit physique ou psychologique afin de pouvoir y répondre de manière plus habile. 
« Bien sûr la méditation ne fait de miracles, et il est important de simplement pratiquer régulièrement en nous accueillant avec bienveillance tels que nous sommes.reconnaît Pascale Nau. Ainsi en cultivant cet état d’esprit fait d’observation et d’acceptation, il est possible de transformer la relation à la douleur, aux émotions difficiles, aux défis de l’existence comme celui que représente une maladie grave. Cette pratique aide à pacifier le regard des personnes sur elles-mêmes et sur le monde ».

Au CHU de Tours, ces sessions sont accessibles aux patients en cours de traitement et également à ceux qui sont en surveillance médicale ; elles sont financées par l’établissement. 

Une étude sur la qualité de vie mise en place par le réseau OncoCentre est proposée aux patients, ce type d’étude continue de valider scientifiquement l’intérêt de la pleine conscience pour améliorer la vie des personnes touchées par la maladie.

Verbatim

Je suis infirmière d’annonce depuis la mise en place du dispositif au CHU, en 2007. Cela fait déjà 10 ans et je n’ai jamais eu envie d’arrêter ! C’est le médecin qui a annoncé le diagnostic aux patients qui leur pro¬pose une consultation d’annonce avec une infirmière, consultation qu’en grande majorité ils acceptent. En général je les rencontre dans les huit jours qui suivent et ensemble, souvent même avec les conjoints et les enfants, nous reprenons les différents points, tel que le préconise le Plan Cancer : la maladie, les traitements à venir et les soins de supports dont ils vont pouvoir bénéficier. Ces consultations durent environ 1h30 et il s’agit pour moi de m’adapter aux questions du patient et de ses proches. Tous ne souhaitent pas le même degré d’information. Comme je suis également infirmière en hôpital de jour, je revois très régulière¬ment les patients, notamment lors d’un changement de traitement où nous leur proposons une consultation de suivi. Je deviens une interlocutrice privilégiée et ce lien particulier avec les patients a beaucoup enrichi ma pratique professionnelle. Quand, à la fin des consultations d’annonce, les patients et leur famille me remercient, je me dis que ce temps d’échange est vraiment important pour la suite du parcours de soins de chaque malade.
Elisabeth Desbourdes – Infirmière d’annonce dans le service de pneumologie*
"Bien sûr, quand les soins de support et le dispositif d’annonce ont été lancés, il s’est agi pour nous profes¬sionnels du CHU de Tours, de nous conformer aux recommandations nationales. Mais très vite, nous avons été très motivés à sa mise en oeuvre, car nous avons senti que ça allait être un moyen pour nous, médecins et équipes soignantes, de personnaliser la prise en charge des patients atteints de cancer. Bien sûr, les protocoles de soin sont identiques pour chacun selon un type de cancer donné, mais chaque patient y réagit différemment, tant sur le plan physique que psychologique. Grâce aux soins de support, nous avons à notre disposition un complément de prise en charge personnalisé, qui permet de prendre soin des patients de manière singulière et adaptée. C’est très important pour les patients, mais c’est également une grande satisfaction pour les soignants".
Docteur Isabelle Joncker-Vannier, Coordonateur des Soins de support et du Dispostif d’annonce
* Le service compe deux infirmières d’annonce Elisabeth Desbourdes et Elisabeth Collet.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.