Cancer : 100 seins reconstruits par microchirurgie DIEP, sans prélèvement musculaire

En juin 2012, Christiane passe une mammographie et le diagnostic tombe : cancer du sein. Son médecin lui conseille la mastectomie (ablation du sein), pour éliminer les cellules cancéreuses. Très vite, elle prend sa décision : oui à la mastectomie, « pour ne pas vivre avec une épée de Damoclès », mais à condition de bénéficier d’une reconstruction du sein. Après des recherches, Christiane se tourne vers le service de chirurgie plastique et réparatrice de la Conception

En juin 2012, Christiane passe une mammographie et le diagnostic tombe : cancer du sein.  Son médecin lui conseille la mastectomie (ablation du sein), pour éliminer les cellules cancéreuses. Très vite, elle prend sa décision : oui à la mastectomie, « pour ne pas vivre avec une épée de Damoclès », mais à condition de bénéficier d’une reconstruction du sein.  « J’ai fait ce choix  car je voulais retrouver ma féminité après le traumatisme que représente l’apparition d’un cancer et l’ablation d’un sein ». Après des recherches, Christiane se tourne vers le service de chirurgie plastique et réparatrice de la Conception (AP-HM), où le Pr Dominique Casanova pratique depuis plusieurs années une technique révolutionnaire de reconstruction du sein : le DIEP (Deep Inferior Epigastric Perforator), qui utilise les propres tissus graisseux de la patiente. Aujourd’hui Christiane fait partager son expérience et a lancé une association "rebondir ensemble"
Un travail minutieux de microchirurgie
Pas de prothèses qu’il faut changer tous les dix ans, pas de muscles sacrifiés : grâce à un travail très minutieux de microchirurgie, le chirurgien prélève de la peau, des tissus graisseux et des vaisseaux sanguins dans la zone abdominale de la patiente. Il va ensuite les greffer au niveau du thorax, vaisseau après vaisseau, pour reconstituer un  sein vivant.
Cette microchirurgie qui exige des compétences et un plateau technique de haut niveau est pratiquée par un très petit nombre de chirurgiens depuis son introduction en France en 1994.  « C’est une opération  longue (entre 5 et 8 heures) », précise Christiane. « Mais elle donne au sein une forme et une souplesse complètement naturelles ».  « La reconstruction est définitive, le sein évoluant ensuite comme un sein normal » ajoute le Pr Dominique Casanova.
« Une deuxième vie »
Après une deuxième intervention de « symétrisation » sur son autre sein, Christiane est aujourd’hui heureuse d’afficher sa féminité retrouvée et « ses seins de 20 ans ». Elle vient de créer une association* pour aider les femmes atteintes de cancer du sein qui sont souvent perdues et livrées à leur solitude et leur angoisse. « Je veux leur faire partager mon expérience, et leur montrer que j’en suis sortie avec une deuxième vie devant moi ! ».
Depuis 4 ans, le Service de Chirurgie Plastique et Réparatrice du Pr Casanova a utilisé le DIEP chez une centaine de patientes.
* Association « Rebondir ensemble » : kristo.fr13@wanadoo.fr – 06 22 60 60 39 – http://www.unnouveaumonde.org/site/index.php/le-diepune-deuxieme-vie/

Plus d’information sur la reconstruction du sein –le DIEP (émission C la santé)
http://www.youtube.com/APHMarseille

Service de chirurgie plastique et réparatrice Hôpital Conception
En  savoir plus sur les méthodes de reconstruction :   http://www.diep-asso.fr/ Association pour la Reconstruction du Sein par D.I.E.P./

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.