Cancer : 1ère grossesse en Rhône Alpes après autogreffe ovarienne

En 2000, Julie, 17 ans, était soignée pour une leucémie aigüe. Les traitements sont puissants et pour préserver sa fertilité les médecins prélèvent et congèlent son cortex ovarien. En 2012, Julie, 29 ans rêve d'être maman. Les médecins lui greffent son tissu ovarien. En 4 mois, son cycle reprend naturellement. Début 2014, Julie est enceinte. L’accouchement est prévu en août.

En 2000, Julie, 17 ans, était soignée pour une leucémie aigüe. Les traitements sont puissants et pour préserver sa fertilité les médecins prélèvent et congèlent son cortex ovarien. En 2012, Julie, 29 ans rêve d’être maman. Les médecins lui greffent son tissu ovarien. En 4 mois, son cycle reprend naturellement. Début 2014, Julie est enceinte. L’accouchement est prévu en août. Une belle histoire co-signée par une jeune femme de 31 ans et les équipes de médecine de la reproduction de l’Hôpital Femme Mère Enfant des Hospices Civils de Lyon.
L’équipe de la médecine de la reproduction de l’Hôpital Femme Mère Enfant, travaille depuis les années 1998, sur ces techniques de conservation de cortex ovarien et de greffe chez l’animal. Sur le plan international, elle a été la première à obtenir, chez la brebis, des naissances en 2002 grâce ces techniques de greffe ovarienne. Très vite, elle a  appliqué son expérience chez l’humain  et proposé des conservations ovariennes chez les patientes ayant des traitements stérilisants.

La première naissance mondiale chez la femme obtenue après greffe a eu lieu en 2005. Elle a été réalisée par le Professeur Pr Jacques Donnez, Chef du Service de gynécologie, andrologie et fécondation in vitro des Cliniques universitaires Saint-Luc (Belgique).
En France, c’est la 7ème grossesse obtenue et 4 enfants sont nés : soit à la suite d’une grossesse spontanée, soit après fécondation in vitro. Dans le monde, environ une quarantaine d’enfants sont nés de cette technique de préservation de la fertilité.

Au CHU de Lyon, 12 greffes ont été réalisées entre 2002 jusqu’à 2014 et il s’agit de la première grossesse. Six greffes ont été faites depuis juillet 2012, permettant d’espérer encore d’autres grossesses.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.