Cancer : 1ers patients accueillis au nouvel Institut de cancérologie du Gard

Après deux ans de travaux, l'Institut de cancérologie du Gard, construit sur le site du campus hospitalo-universitaire Carémeau du CHU de Nîmes, a accueilli les premiers patients de radiothérapie et les consultants en oncologie et hématologie du CHU et du centre médical Oncogard. Les malades vont apprécier les délais de prise en charge plus courts, l'accès aux techniques les plus récentes et le parcours de soins qui sera le même, que leur entrée se fasse par le secteur public ou le secteur privé. Le montant total de l'investissement s'élève à 50 M€.

Après deux ans de travaux, l’Institut de cancérologie du Gard, construit sur le site du campus hospitalo-universitaire Carémeau du CHU de Nîmes, a accueilli les premiers patients de radiothérapie et les consultants en oncologie et hématologie du CHU et du centre médical Oncogard. Les malades vont apprécier les délais de prise en charge plus courts, l’accès aux techniques les plus récentes et le parcours de soins qui sera le même, que leur entrée se fasse par le secteur public ou le secteur privé. Le montant total de l’investissement s’élève à 50 M€.
Véritable pôle d’expertise et de référence dans le diagnostic et le traitement des cancers, le nouvel Institut articulera son activité autour des principales disciplines de la cancérologie : oncologie médicale, hématologie, radiothérapie, médecine nucléaire, imagerie médicale, soins de support et reconstitution des cytotoxiques.
Un parc de machines de dernière génération
L’ouverture de l’Institut de cancérologie du Gard permet le rassemblement, sur un même site, d’un plateau technique de dernière génération, aussi bien pour les équipements du privé que du public : cinq accélérateurs de particules en mars 2016 (trois appareils de dernière génération : VARIAN Truebeam© avec consoles TPS et deux VARIAN Clinac©), et deux scanners de simulation PHILIPS Brillance©16 BigBore© et General Electric.

L’institut développera de nouvelles techniques telles que la radiothérapie par modulation d’intensité (IMRT) dynamique (Arcthérapie) et la stéréotaxie en cours de développement, la radiothérapie 4D. Ces techniques ont pour avantage d’offrir un traitement personnalisé de plus haute précision pour certaines pathologies tumorales (pelvis, cervico-facial, neuro oncologie, tumeurs osseuses,…) qui protège les tissus et organes sains, entraînant ainsi moins d’effets secondaires.
Utilisée comme traitement curatif pour plus de la moitié des patients atteints de cancer, la radiothérapie a connu ces dernières années des évolutions technologiques majeures, avec notamment l’apparition de nouvelles techniques de très haute précision, permettant de bien mieux cibler la zone à traiter, tout en préservant les organes sains.
Une fédération hospitalo-universitaire en cancérologie avec l’ICM
Réunissant dans un même bâtiment les acteurs gardois de la prise en charge des cancers, l’Institut permet au CHU de Nîmes de développer l’activité clinique, d’enseignement et de recherche, via une Fédération hospitalo-universitaire de radiothérapie oncologique établie avec l’Institut de cancérologie de Montpellier (ICM).
L’activité de cancérologie du CHU de Nîmes (médecine nucléaire, hématologie clinique, oncologie médicale, chirurgie carcinologique et pneumologie) sera déployée à l’Institut de cancérologie du Gard fin 2015.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.