Cancer : 2 technologies innovantes à Amiens, le TEP Scan et le CyberKnife®

Le CHU Amiens-Picardie vient d’inaugurer deux nouveaux équipements plus performants pour le diagnostic et le traitement des cancers. Ces investissements d’un montant total de 8 millions d’euros confortent le rôle du CHU en tant que pôle de référence régional de lutte contre le cancer.
Le CHU Amiens-Picardie vient d’inaugurer deux nouveaux équipements plus performants pour le diagnostic et le traitement des cancers. Ces investissements d’un montant total de 8 millions d’euros confortent le rôle du CHU en tant que pôle de référence régional de lutte contre le cancer.
Amiens est le 1er CHU à disposer en exclusivité d’un tel TEP Scan de nouvelle génération. Ce tomographe par Emission de Positons couplé à un Scanner X marque un progrès en termes de précision et de réduction des irradiations. Le CHU a également acquis un CyberKnife®, équipement de radiothérapie stéréotaxique cible les tumeurs et lésions avec une justesse de tir infra millimétrique. En France, seuls 4 CHU sont équipés d’un CyberKnife®* 

Le TEP-Scan, nouvelle génération : imagerie plus précise et technique moins irradiante

Ce nouvel équipement de Tomographie à Emission de Positons (TEP) de technologie totalement numérique, est nettement plus sensible. Les examens sont donc plus courts (un examen corps entier en 15 minutes) et moins irradiants (40% de réduction de dose de rayons x pour le patient). Il offre une qualité d’image supérieure (pour un meilleur diagnostic ou bilan d’extension en cancérologie).
Cette méthode d’imagerie médicale pratiquée par les spécialistes en médecine nucléaire permet de mesurer en trois dimensions l’activité métabolique d’un organe grâce aux émissions produites par des positons issus d’un produit radioactif injecté (glucose marqué au Fluor 18 le plus souvent).
Cet équipement offre des nouvelles perspectives en cancérologie, mais aussi pour la recherche en santé. Il est installé dans un nouvel espace sur le site sud (bâtiment TEP, entrée secondaire du CHU).

Le CyberKnife®, une nouvelle technique de traitement pour les petites lésions tumorales

Le service de radiothérapie du CHU Amiens-Picardie propose ce traitement depuis fin 2016. Le CyberKnife® envoie un faisceau sur les tumeurs localisées ou à un stade précoce généralement en une à 5 séances (au lieu de 10 à 30 séances traditionnellement) avec une efficacité redoutable et une excellente tolérance.
Cette nouvelle solution de radiothérapie stéréotaxique permet avec une précision infra millimétrique, de mieux cibler les petites et moyennes lésions, cancéreuses ou non, intra et extra crâniennes, mobiles et non mobiles.
Les indications de départ concernent les tumeurs cérébrales et rachidiennes, puis seront étendues à des organes en mouvement (foie, poumon) puisque l’appareil dispose d’un système permettant une irradiation asservie à la respiration (suivant le rythme de respiration du patient). A Amiens 200 patients sont actuellement traités chaque année. Leur nombre passera à 350 par an lorsque l’ensemble des indications sera couvert.
La prise en charge des patients repose sur une concertation pluridisciplinaire : cancérologues, radiothérapeutes, neurochirurgiens, radiologues, médecins spécialistes d’organes, physiciens médicaux et manipulateurs en électroradiologie.
* Amiens, APHP HEGP Paris, Poitiers, Tours

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.