Cancer, 2012 verra l’arrivée du TED-TDM en Antilles-Guyane

Le Professeur Hervé Azaloux, chef de service de médecine nucléaire du CHU de Fort de France a de bonnes raisons de se réjouir : le TEP-TDM (tomographe par émission de positons couplé à un tomodensitomètre) sera installé sur le site de l'hôpital Clarac d'ici 3 ou 4 ans. Il aura fallu batailler 6 ans et monter 3 projets avant d'obtenir l'aval de l'Etat pour le financement. Aujourd'hui les engagements sont fermes grâce à la mobilisation de la direction.

Le Professeur Hervé Azaloux, chef de service de médecine nucléaire du CHU de Fort de France a de bonnes raisons de se réjouir : le TEP-TDM (tomographe par émission de positons couplé à un tomodensitomètre) sera installé sur le site de l’hôpital Clarac d’ici 3 ou 4 ans. Il aura fallu batailler 6 ans et monter 3 projets avant d’obtenir l’aval de l’Etat pour le financement. Aujourd’hui les engagements sont fermes grâce à la mobilisation de la direction.

Le TEP-TDM du CHU de Fort-de-France : seul appareil pour les Antilles Guyane
« Nous sommes la dernière région de France à avoir obtenu une autorisation » explique le Pr Azaloux. Le prix du TEP-TDM reste un obstacle pour les établissements. En effet, le coût d’acquisition, d’installation et de fonctionnement représentent un investissement global de 12 millions dont: 5 millions pour l’achat. A cela il faut ajouter la construction d’un espace dédié de 1 000 m² et la formation des personnels.
Le financement est assuré à 80% par le CHU, par le biais de l’Agence Française de Développement (AFD) et du Fonds européen de développement régional (FEDER)
Pour rentabiliser l’investissement, le TEP-TDM sera mutualisé avec la Guadeloupe qui aura accès à cet équipement pour traiter ses patients.

L’intérêt du TEP-TDM dans le diagnostic et le traitement des cancers
Le TEP-TDM est utilisé aux différents stades de la maladie. Au moment du diagnostic, le TEP-TDM localise avec précision les cellules cancéreuses et d’éventuelles métastases ce qui réduit le risque de toucher les tissus sains lors des traitements. Il aide surtout à évaluer l’extension de la maladie lors du diagnostic initial.
Durant le traitement, il permet d’apprécier la réaction des cellules malignes au traitement et plus tard, il pourra détecter une récidive.
Un plus pour le malade à qui il évite de subir un trop grand nombre d’examens réduisant son exposition aux rayonnements électromagnétiques ou de résonance magnétiques. Son usage limite aussi le nombre d’examens invasifs : endoscopie, radiologie interventionnelle.
Mais l’usage de cette technologie est onéreux. Les examens devront être pratiqués à bon escient. Pour s’en assurer, toute utilisation sera validée en réunion de concertation pluridisciplinaire. Déjà, les équipes étudient la possibilité d’étendre ses applications aux traitements de patients en cardiologie ou en neurologie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.