Cancer, 2e cause de mortalité chez les jeunes

En France, 1.500 jeunes de 15 à 25 ans sont atteints d'un cancer, dont 200 en Pays de la Loire. Et c'est pour cette tranche d'âge que les progrès thérapeutiques sont les plus attendus. Depuis 2012, une équipe pluridisciplinaire coordonne à l’échelon régional les soins prodigués aux ados et jeunes adultes (AJA) souffrant de cancer. L'accent est mis sur l’éducation thérapeutique, thème de la journée d'étude du 9 décembre.

En France, 1.500 jeunes de 15 à 25 ans sont atteints d’un cancer, dont 200 en Pays de la Loire. Et c’est pour cette tranche d’âge que les progrès thérapeutiques sont les plus attendus. Depuis 2012, une équipe pluridisciplinaire coordonne à l’échelon régional les soins prodigués aux ados et jeunes adultes (AJA) souffrant de cancer. L’accent est mis sur l’éducation thérapeutique, thème de la journée d’étude du 9 décembre.
Le constat inquiète : les publications traitant de la survie chez les malades du cancer font apparaître une amélioration pour toutes les tranches d’âge, sauf celle des 15-25 ans. Pourquoi une telle disparité ? D’abord parce qu’aucun protocole n’a été développé pour cette frange de la population. Ensuite, parce que l’environnement psychosocial des jeunes est fait de ruptures, ruptures de soins, ruptures affectives. Les 15-25 ans consultent moins, moins rapidement et ne prennent pas leur traitement…
Spécialisés dans le traitement des tumeurs solides et osseuses sur les 15-25 ans et les jeunes enfants, le Dr Nadège Corradini et son équipe nantaise ont piloté un groupe de travail, axé notamment sur l’éducation thérapeutique : « L’échelle de la ville ne suffisant pas, les CHU de Nantes, d’Angers et l’Institut de cancérologie de l’Ouest (ICO) ont élaboré un projet régional pionnier pour l’éducation thérapeutique et sur la transversalité des soins spécifiques.»
Après évaluation, des séances individuelles ou collectives d’éducation thérapeutique sont proposées ainsi que la participation à des groupes de paroles, des ateliers d’expression et un accompagnement pédagogique…
Au complet depuis un an et intervenant sur les trois structures partenaires, l’équipe réunit cinq oncologues, une infirmière de coordination, une infirmière d’éducation thérapeutique, une conseillère d’orientation, un psychologue.
Nantes et Angers, experts régionaux en éducation thérapeutique
Plus de 250 professionnels de santé et associations de patients vont participer à la 2e journée régionale d’éducation thérapeutique (ETP) organisée par les CHU de Nantes et Angers le 9 décembre 2014 à l’espace Port-Beaulieu à Nantes. Autour du thème "Se comprendre, s’accorder" les participants apprendront à davantage travailler  dans un cadre collectif afin de faire du patient un partenaire des soins. Lors des ateliers, les professionnels vont partager leurs expériences d’ETP adaptée à l’âge du patient et aux  spécificités de certaines pathologies (dépression, schizophrénie…). Il sera également question de nouvelles technologies et de la manière dont elles peuvent aider les soignants et les patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.