Cancer : Angers-Nantes une alliance au sommet

Quatre établissements de pointe dans la lutte contre le cancer - les CHU d’Angers et de Nantes et les centres de lutte contre le cancer René-Gauducheau (44) et Paul Papin (49) regroupent leurs forces pour créer le nouvel Institut régional de cancérologie Angers / Nantes (Ircan), le 27 juin 2013.

Quatre établissements de pointe dans la lutte contre le cancer –  les CHU d’Angers et de Nantes et les centres de lutte contre le cancer René-Gauducheau (44) et Paul Papin  (49) regroupent leurs forces pour créer  le nouvel Institut régional de cancérologie Angers / Nantes (Ircan), le 27 juin 2013.

Une logique de regroupement élargi pour mieux mieux structurer la cancérologie hospitalo-universitaire de la région des Pays de la Loire
Co-existaient déjà deux groupements de coopération sanitaire composés d’une part du CHU et du Centre de lutte contre le cancer (CLCC) de Nantes René-Gauducheau, d’autre part du CHU et du CLCC d’Angers Paul Papin. En 2011, les deux centres de lutte contre le cancer avaient fusionné en un  Institut de Cancérologie de l’Ouest (ICO). Aujourd’hui l’Ircan, coordonne les activités des équipes expertes et va booster le déploiement de nouveaux projets communs, dans le respect des missions et des compétences de chacun des établissements.  
L’Ircan est l’un des premiers groupements de coopération sanitaire (GCS) de ce type en France.
Les équipes angevines et nantaises, dans le cadre des deux précédents groupements, ont démontré leurs capacités à apporter des réponses concertées. Ainsi, ces deux groupements ont permis le développement de nombreuses activités grâce aux réponses communes aux appels à projet de l’Institut national du cancer allant, à titre d’exemples, de la création de l’unité mixte de génomique du cancer pour Nantes au portage conjoint de l’unité d’évaluation et de traitement de la douleur pour Angers. Cette dynamique a également permis l’achat d’équipements de haute technologie comme le Pet Scan en médecine nucléaire, équipement partagé par les patients du CHU de Nantes et de l’ICO.
Afin de garantir la représentation la plus complète des acteurs de la cancérologie, différents partenaires seront également impliqués dans le fonctionnement du futur GCS en tant que membres associés : les universités d’Angers et de Nantes, l’alliance Aviesan, la Communauté d’agglomération d’Angers Loire métropole, la Communauté urbaine de Nantes ainsi que la Région Pays de la Loire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.