Cancer : avancée prometteuse dans la sécurité et le ciblage des anticancéreux

Le groupe « Systèmes moléculaires programmés » de l’Institut de chimie des milieux et des matériaux de Poitiers a récemment développé un système de molécules entrelacées permettant une administration autonome des anticancéreux. Les chercheurs poitevins ont mis au point un astucieux système d’anneau protecteur permettant à la molécule de voyager sans risquer de répandre son contenu au cœur du plasma. La prouesse de cette opération réside dans la composition architecturale de cet anneau

Le groupe « Systèmes moléculaires programmés » de l’Institut de chimie des milieux et des matériaux de Poitiers a récemment développé un système de molécules entrelacées permettant une administration autonome des anticancéreux. Les chercheurs poitevins ont mis au point un astucieux système d’anneau protecteur permettant à la molécule de voyager sans risquer de répandre son contenu au cœur du plasma. La prouesse de cette opération réside dans la composition architecturale de cet anneau qui agit en tant que barrière au cours de son acheminement jusqu’à la cellule tumorale. Cette protection empêche une libération prématurée du traitement et cible de manière plus précise l’administration du produit.

Une fois en présence de la cellule tumorale, le programme moléculaire répond à une suite de sollicitations enzymatiques et déclenche le processus de désassemblage de l’architecture afin de libérer le traitement. Cette ouverture planifiée et contrôlée de la molécule représente une avancée scientifique importante puisqu’elle met en lumière la possibilité d’un traitement sélectif en interne. Une découverte qui permet d’ouvrir de nouvelles perspectives au traitement du cancer notamment.

Des médicaments intelligents
L’intérêt de cette trouvaille réside également dans le fait qu’il soit possible de greffer n’importe quel agent traitant. Une découverte qui ouvre la voie à des thérapies plus sures et plus précises même si, comme le souligne le Dr Jonathan Clarhaut, chercheur au CHU de Poitiers, « le processus ne prévoit pas d’application clinique à court terme, mais ouvre la voie à un nouveau concept de fabrication de médicaments intelligents ».
D’autres disciplines concernées
L’avancée poitevine permet d’amorcer l’hypothèse d’une expérimentation sur diverses pathologies (polyarthrite par exemple). Un concept innovant qui est donc amené à se développer dans les prochaines années.
Cette recherche a été en partie financée par l’action de mécénat Sport et collection.

Étude publiée au sein de la revue Chemical Science, A mechanically interlocked molecular system programmed for the delivery of an anticancer drug.

D’après un article publié sur http://www.chu-poitiers.fr/recherche-une-molecule-intelligente-au-service-de-la-medecine/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.