Cancer : avec la PCR digitale une prise de sang suffit pour détecter des traces de tumeur

Le laboratoire d’oncobiologie de l’Institut Régional du Cancer (IRC) strasbourgeois vient de se doter d’un équipement de pointe, la PCR digitale* qui recherche et quantifie les mutations sur l’ADN induites par les tumeurs dans la circulation sanguine. Utilisées comme marqueurs tumoraux, ces altérations permettent d’évaluer de façon précoce la réponse au traitement et, en cas d'échappement, de proposer très tôt un changement de protocole aux patients sans attendre les résultats de l’imagerie
Le laboratoire d’oncobiologie de l’Institut Régional du Cancer (IRC) strasbourgeois vient de se doter d’un équipement de pointe, la PCR digitale* qui recherche et quantifie les mutations sur l’ADN induites par les tumeurs dans la circulation sanguine. Utilisées comme marqueurs tumoraux, ces altérations permettent d’évaluer de façon précoce la réponse au traitement et, en cas d’échappement, de proposer très tôt un changement de protocole aux patients sans attendre les résultats de l’imagerie ; l’ADN circulant précède parfois de plusieurs mois l’observation d’une rechute à l’imagerie. Pour obtenir cette information une simple prise de sang suffit, la « biopsie liquide ».
Les premiers patients à bénéficier de cette technique de pointe souffrent de cancers du poumon et sont traités par des inhibiteurs de l’EGFR**. Dans les mois qui viennent, des analyses comparables seront réalisées chez les patients atteints de cancers du pancréas bénéficiant d’un traitement par chimiothérapie avant d’être opérés, les patients atteints de cancer colorectal et traités par anticorps anti-EGFR, ainsi que les patients atteints de mélanomes et traités par inhibiteurs de BRAF. 
Ce progrès fait partie des techniques de pointe développées par le laboratoire d’Oncobiologie de l’Institut Régional du Cancer (IRC) 
Le laboratoire d’oncobiologie de l’IRC strasbourgeois réalise différents types de tests 
Les tests de génétique constitutionnelle (ou héréditaire) qui apportent des informations sur le patrimoine génétique transmissible, présent dans toutes les cellules de l’organisme. Ils sont appliqués dans la recherche de mutation dans les gènes majeurs de prédisposition au cancer du sein, des ovaires, du côlon rectum, de l’endomètre, des voies excrétrices urinaires…
Les tests pour connaître l’état du génome des cellules tumorales (génétique somatique) et les tests évaluer la réponse à un traitement ou les risques d’effets secondaires (pharmacogénomique). 
Parmi les techniques récemment développées, le séquençage à haut débit va identifier les mutations sur des biopsies tumorales ou des pièces opératoires et la PCR Digitale va détecter et caractériser les altérations génétiques dans le sang.

Ces tests complémentaires sont utilisés pour le diagnostic et le suivi des patients atteints de cancers dans le cadre de soins courants ou de protocoles de recherche cliniques. Ils permettent aux patients d’accéder plus tôt aux traitements innovants.
 *Digital polymerase chain reaction
**epidermal growth factor receptor (EGFR)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.