Cancer bronchique primitif : la vidéo-échoponction au CHU de Nancy

Technique performante et innovante, la vidéo-échoponction bronchique allie les explorations vidéo-endoscopique et échographique : une complémentarité qui enrichit l'analyse du médecin et le guide dans le déroulement de l'examen. Le CHU de Nancy, à travers le service de Pneumologie et sa spécialité d'Endoscopie Thoracique, en est le centre référent pour la Région Lorraine.

Technique performante et innovante, la vidéo-échoponction bronchique allie les explorations vidéo-endoscopique et échographique : une complémentarité qui enrichit l’analyse du médecin et le guide dans le déroulement de l’examen. Le CHU de Nancy, à travers le service de Pneumologie et sa spécialité d’Endoscopie Thoracique, en est le centre référent pour la Région Lorraine.

L’examen dure de 30 à 45 minutes sous anesthésie locale préalable suivie le plus souvent par une sédation pendant le geste, le passage du fibroscope se faisant par la bouche en raison de l’importance du calibre de son extrémité. Les résultats obtenus sous 48 heures conduisent à un rendement diagnostique de l’ordre de 90 %. Moins invasive, plus efficace, le dispositif permet d’effectuer une ponction, sous contrôle de la vue et en temps réel, des ganglions du médiastin, jusque-là difficilement, voire, inaccessibles par d’autres techniques, afin d’établir un meilleur diagnostic en matière de cancer bronchique. L’aiguille de ponction, située à l’extrémité de la sonde échographique, peut être positionnée au millimètre près dans un ganglion augmentant ainsi la précision et la qualité du prélèvement.

Venant compléter efficacement le plateau technique du service de pneumologie, l’équipement de vidéo-échoponction financé conjointement par le CHU, la Ligue contre le Cancer 54 et le Comité départemental contre les Maladies Respiratoires, fait également de l’établissement le centre référent pour la Région Lorraine et le département de la Haute-Marne. La communauté médicale lorraine des secteurs public et privé -pneumologues, oncologues, radiothérapeutes et chirurgiens impliqués dans la prise en charge du cancer bronchique primitif- a la possibilité de prescrire cet examen à ses patients, tout en continuant à assurer leur suivi dans leur parcours de soins. A terme, l’équipe du CHU de Nancy assurera, auprès des praticiens qui le souhaiteront, une formation portant sur la maîtrise de la technique pour réaliser eux-mêmes l’examen.

Parce qu’aucune donnée médico-économique chiffrée sur les apports de cette technique n’est disponible pour la France, une étude nationale est lancée dans le cadre d’un appel à projets 2007 de l’Institut National du Cancer qui porte sur la vitesse d’obtention du diagnostic, la diminution du nombre d’autres types d’exploration et le gain en terme de coût réel par patient. Le CHU de Nancy, à travers le service de Pneumologie et sa spécialité d’Endoscopie Thoracique, est retenu comme centre investigateur y participant avec les CHU de Strasbourg et de Dijon.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.