Cancer colorectal : « On pourrait éviter 5 000 morts chaque année »

Le sénateur-maire de Marseille Jean-Claude Gaudin et le Pr René Laugier, président de la Société française d'endoscopie digestive inaugurent le colon géant installé au centre commercial BourseImage insolite prise le 7 octobre 2010 : Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille et le Pr René Laugier, président de la Société française d'endoscopie digestive inaugurent le colon géant installé au centre commercial Bourse - première étape d'une campagne de sensibilisation en faveur du dépistage du cancer colorectal. 17 000 personnes décèdent chaque année en France d'un cancer colorectal. « Pourtant, 5 000 d'entre elles pourraient être sauvées par un dépistage précoce », souligne le Pr René Laugier, président de la Société française d'endoscopie digestive (SFED) et chef du service d'hépato-gastro-entérologie de l'hôpital de la Timone. « Les outils existent : un test simple, Hemocult, est proposé tous les 2 ans aux Français entre 50 et 74 ans. Il permet de détecter les lésions à un stade précoce et de les traiter par simple endoscopie». Problème : seules 42 % des personnes concernées participent à ce dépistage simple et peu coûteux.

Image insolite prise le 7 octobre 2010 : Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille et le Pr René Laugier, président de la Société française d’endoscopie digestive inaugurent le colon géant installé au centre commercial Bourse – première étape d’une campagne de sensibilisation en faveur du dépistage du cancer colorectal.

Cliquer pour agrandir
Le sénateur-maire de Marseille Jean-Claude Gaudin et le Pr René Laugier, président de la Société française d’endoscopie digestive, inaugurent le colon géant installé au centre commercial Bourse

17 000 personnes décèdent chaque année en France d’un cancer colorectal. « Pourtant, 5 000 d’entre elles pourraient être sauvées par un dépistage précoce », souligne le Pr René Laugier, président de la Société française d’endoscopie digestive (SFED) et chef du service d’hépato-gastro-entérologie de l’hôpital de la Timone. « Les outils existent : un test simple, Hemocult, est proposé tous les 2 ans aux Français entre 50 et 74 ans. Il permet de détecter les lésions à un stade précoce et de les traiter par simple endoscopie». Problème : seules 42 % des personnes concernées participent à ce dépistage simple et peu coûteux.

Pour aborder ce sujet sans tabou, la SFED, en partenariat avec la fondation Aide et recherche en cancérologie digestive, a imaginé le « Colon tour », une campagne de communication originale sur le cancer du colon qui traversera les villes de Bordeaux, Paris, Lille et Toulouse d’ici fin 2010.

Le 7 octobre, c’est au coeur du centre commercial Bourse que les Marseillais ont pu parcourir cette structure pédagogique en forme de colon géant, et apprendre de façon ludique à repérer un diverticule ou un polype précancéreux. Jean-Claude Gaudin, Maire de Marseille, était présent aux côtés du Pr Laugier et des représentants des associations participant au dépistage pour soutenir cette campagne.

Troisième cancer le plus fréquent (37 000 nouveaux cas chaque année), le cancer du colon demeure le plus mortel.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.