Cancer complexe du rein : 2 techniques de pointe associées, une 1ère en France

Sûre, mini-invasive tout en sauvegardant le rein unique, la laparoscopie robot-assistée et la cryothérapie ont été couplées pour traiter une tumeur rénale chez une patiente de 53 ans ayant subi l’ablation d’un rein 12 ans plus tôt. L’opération s’est déroulée avec succès et 4 jours après, la patiente retrouvait son domicile. Le bénéfice majeur étant la sauvegarde optimale de sa fonction rénale.

Sûre, mini-invasive tout en sauvegardant le rein unique, la laparoscopie robot-assistée et la cryothérapie ont été couplées pour traiter une tumeur rénale chez une patiente de 53 ans ayant subi l’ablation d’un rein 12 ans plus tôt. L’opération s’est déroulée avec succès et 4 jours après, la patiente retrouvait son domicile. Le bénéfice majeur étant la sauvegarde optimale de sa fonction rénale. 

Au centre de son rein unique, la tumeur se révélait difficilement accessible à un geste chirurgical traditionnel ; une telle intervention présentait en outre des risques majeurs de perte fonctionnelle rénale et de complications.

Pour éviter des séquelles irréversibles, le Dr Jean-Christophe Bernhard du Service d’Urologie, Andrologie et Transplantation rénale et le Dr François Cornelis du Service de Radiologie du CHU de Bordeaux ont tenté une intervention audacieuse, pour la 1ère fois en France. Le chirurgien et le radiologue ont associé deux techniques de pointe, utilisées d’habitude séparément pour traiter les tumeurs rénales. La laparoscopie robot-assistée, technique chirurgicale mini-invasive utilisée pour certaines néphrectomies partielles consistant à insérer par une très petite ouverture un mini-téléscope guidé par un chirurgien assis à une console de commande et la cryothérapie, technique basée sur un traitement de la tumeur par le froid qui aboutit à la destruction de celle-ci.

« Pour les situations cliniques courantes, les solutions que nous utilisons habituellement (néphrectomie partielle par laparoscopie robot-assistée ou thermo-ablation par voie percutanée) donnent de très bons résultats dans des conditions de sécurité et de confort tout-à-fait  satisfaisantes. Dans ce cas précis et complexe, c’est parce que nous maîtrisons ces techniques que nous avons pu les adapter et les utiliser conjointement afin d’optimiser notre prise en charge. » commente le Dr Jean-Christophe Bernhard.

Cette première reste une pratique d’exception en réponse à une situation extrême, qui a permis de cumuler les avantages de la chirurgie robotique (précision et stabilité du geste) et la faible morbidité de la thermo-ablation.    
     

La combinaison de ces deux procédures permet de repousser encore les limites de faisabilité des traitements conservateurs des tumeurs du rein : traiter des tumeurs de plus en plus complexes tout en préservant au mieux la fonction rénale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.