Cancer de l’intestin grêle : ciblage précis des tumeurs par radiothérapie

Un traitement innovant est proposé depuis avril 2018 aux patients du CHU Amiens-Picardie atteints de tumeurs rares de l’intestin grêle. Ils reçoivent de 4 injections de Lutathera® qui ciblent très précisément les cellules cancéreuses. En se fixant spécifiquement sur la tumeur neuro-endocrine et non sur les cellules saines, la radiothérapie interne vectorisée (RIV) améliore considérablement le contrôle de la maladie métastatique. Ce nouveau mode de destruction est désormais proposé avant les chimiothérapies qui se sont révélées inefficaces dans le traitement de tumeurs neuro-endocrines. Le CHU Amiens-Picardie est le seul autorisé en Picardie et l’un des 19 centres en France.
Un traitement innovant est proposé depuis avril 2018 aux patients du CHU Amiens-Picardie atteints de tumeurs rares de l’intestin grêle. Ils reçoivent de 4 injections de Lutathera® qui ciblent très précisément les cellules cancéreuses. En se fixant spécifiquement sur la tumeur neuro-endocrine et non sur les cellules saines, la radiothérapie interne vectorisée (RIV) améliore considérablement le contrôle de la maladie métastatique. Ce nouveau mode de destruction est désormais proposé avant les chimiothérapies qui se sont révélées inefficaces dans le traitement de  tumeurs neuro-endocrines. Le CHU Amiens-Picardie est le seul autorisé en Picardie et l’un des 19 centres en France.
Pour assurer ces soins hautement technniques trois services interviennent en collaboration, l’Hépato-gastro-entérologie, la Médecine nucléaire et la Radiopharmacie. Les patients sont hospitalisés dans le service d’hématologie clinique, en chambres radio-protégées. Ce programme innovant prévoit de traiter 5 patients par an ; ces tumeurs étant rares et à évolutions lentes
Les études cliniques* sur ce nouveau médicament présentent des résultats très positifs et des courbes affichant 2 ans de survie sans progression de la maladie… et cette survie devrait encore s’allonger.
D’ores et déjà, d’autres services explorent le traitement ciblé et les premiers résultats s’avèrent prometteurs.
* NETTER 1 (Étude de phase III comparant 177Lu-DOTATATE pour tumeurs  neuroendocrines)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.